Planar polarity and plasticity
Polarité planaire et plasticité

Neurocentre Magendie

See the english version

Chez la souris et l’homme, les gènes de la Polarité Cellulaire Planaire (PCP) contrôlent la formation de notre système nerveux et leur mutation peut entraîner des malformations responsables d’avortements spontanés, de décès à la naissance ou de handicaps sévères. A ce jour, la prise en charge des pathologies résultantes est lourde et implique souvent d’intervenir chirurgicalement, dès la naissance et voire in utero. En France, on dénombre 5 à 10 cas pour 10000 naissances, c’est-à-dire une fréquence plus élevée que celle de la mucoviscidose. Plus récemment, des mutations de gènes de la PCP ont été associées à d’autres dysfonctionnements du système nerveux et des organes sensoriels comme l’autisme, les déficiences intellectuelles, l’épilepsie ou encore certaines surdités. Nous sous estimons donc très probablement l’importance de ces gènes et leurs implications dans des pathologies car nous connaissons mal leurs rôles et fonctions. Dans l’équipe, nous cherchons à comprendre comment ces gènes fonctionnent, en particulier dans des modèles murins, dans l’espoir de pouvoir rectifier génétiquement ou à l’aide de médicaments leurs dysfonctionnements dans les pathologies où ils sont affectés.

Selected publications

Chef(s) d'équipe

Membres de l'équipe



Personnel(s) de recherche

Jérôme Ezan (Chercheur)


Personnel(s) technique


Post-doctorant(s)


Doctorant(s)

Ana Dorrego-Rivas
Shri Vidhya Seshadri Srinivasan
Noémie Depret
Léonie Sommacal