#

Pascal Fossat et Zoé Grivet lauréats de la FRC et France Parkinson

Pascal Fossat et Zoé Grivet sont lauréats de l’appel à projets 2022 FRC Neurodon, avec un financement conjoint France Parkinson et FRC. Félicitations !

Projet de recherche

Le projet de recherche a pour objectif de mettre en lumière des mécanismes neuronaux qui sous-tendent l’apparition et le maintien de symptômes douloureux chez les patients parkinsoniens. La compréhension de ces mécanismes permettra de proposer de nouvelles pistes thérapeutiques qui viendront compléter l’arsenal existant pour améliorer la prise en charge des patients parkinsoniens. La maladie de Parkinson est une des maladies neurodégénératives les plus courantes touchant 1% des personnes au-delà de 60-65 ans et 0,3% de la population générale. Le symptômes le plus courant est l’incapacité à générer des mouvements et les tremblements au repos. Au-delà de ces troubles moteurs, la douleur est un symptôme moteur qui selon les études cliniques peut toucher jusqu’à 95% des patients parkinsoniens. C’est un handicap majeur dont soufrent les patients parkinsoniens d’autant plus que l’efficacité des traitements ciblant les symptômes moteurs augmentent. Plusieurs types de douleurs touchent les patients parkinsoniens incluant des douleurs de types neuropathiques centrales (c’est-à-dire associées à des lésions des réseaux de neurones impliqués dans la sensation douloureuse). Ces douleurs de type neuropathiques n’ont actuellement aucun traitement et lorsque les patients voient les troubles moteurs s’améliorer, les sensations douloureuses persistent rendant leur vie quotidienne insoutenable.

Dans notre projet de recherche, nous ciblons particulièrement l’étude des mécanismes impliquant les contrôles endogènes de la douleur qui sont dépendants des systèmes monoaminergiques (dopamine, serotonine et noradrenaline) qui eux-mêmes sont très perturbés dans la maladie de Parkinson. Les contrôles endogènes de la douleur sont composés de réseaux de neurones qui filtrent les informations douloureuses au niveau de la moelle épinière limitant la sensation douloureuse. Nous pensons que ces contrôles endogènes sont affaiblis chez les patients parkinsoniens ce qui entrainerait plus de messages douloureux vers le cerveau et plus de sensations douloureuses. Une des raisons de cet affaiblissement pourrait être une perturbation au niveau de la moelle épinière des controles inhibiteurs. Cette perturbation a déjà été démontrée dans des douleurs neuropathiques à la suite de lésions nerveuses non associées à la maladie de Parkinson et est principalement due à une déséquilibre du chlore. Notre projet a donc pour but d’étudier les mécanismes spinaux associés à un affaiblissement des contrôles endogènes de la douleur induits par une perturbation des contrôles inhibiteurs, au niveau de la moelle épinière, dans la maladie de Parkinson.

Contact

Pascal Fossat
Professeur des universités ; chef d’équipe
Equipe Monoamines, Parkinson et douleur (Benazzouz / Fossat)
+33 (0)5 33 51 48 07

20/09/22