#

Pascal Branchereau et al dans eLife

La relaxation des évènements synaptiques inhibiteurs permet de compenser le manque d’inhibition au niveau des motoneurones fœtaux de la souris SOD1G93A

La sclérose latérale amyotrophique (SLA) est une maladie neurodégénérative dévastatrice ciblant les neurones moteurs (MNs) et diagnostiquée tardivement lors de la vie adulte. Dans le but d’identifier des changements précoces impliqués dans les phénomènes de neuro-dégénérescence de la SLA, nous avons analysé les afférences GABAergiques/glycinergiques au niveau des MNs fœtaux de la souris SOD1G93A (SOD) en parallèle à l’homéostasie chlorure. Nos résultats montrent que les IPSCs sont moins fréquents chez les animaux SOD en accord avec une réduction des terminaisons synaptiques VIAAT. Les MNs SOD présentent un EGABAAR (ECl) 10 mV plus dépolarisé que les MNs WT, ceci en association avec une réduction de KCC2. D’une manière intéressante les IPSCs GABAergiques/glycinergiques et les courants évoqués GABAAR montrent une cinétique plus lente dans leur phase de relaxation, ce phénomène étant corrélé à une concentration intracellulaire en chlorure [Cl]i plus importante. Des simulations numériques révèlent que la relaxation plus lente des évènements synaptiques agit comme un mécanisme compensateur permettant de renforcer l’inhibition GABA/glycine lorsque le EGABAAR est plus dépolarisé. Nous ne savons pas comment de tels mécanismes évoluent au cours des processus pathophysiologiques de la maladie mais nos données indiquent que, tout au moins pour sa forme familiale SOD1, la SLA peut être considérée comme une maladie neuro-développementale.

Figure : Illustration schématique montrant le potentiel d’équilibre des ions chlorure (ECl) plus dépolarisé au niveau des MNs SOD qui expriment un taux réduit de co-transporteur KCC2 au niveau de leur membrane plasmique et une quantité moindre de contacts synaptiques inhibiteurs GABA/Glycine (A). La relaxation (taudecay) des évènements synaptiques plus longue au niveau des MNs SOD permet une sommation de leur composante shuntante qui favorise l’inhibition, ici illustrée par le blocage d’une décharge de PA (B).

Référence

Relaxation of synaptic inhibitory events as a compensatory mechanism in fetal SOD spinal motor networks. Branchereau P, Martin E, Allain AE, Cazenave W, Supiot L, Hodeib F, Laupénie A, Dalvi U, Zhu H, Cattaert D. Elife. 2019 Dec 23;8. pii: e51402.
doi: 10.7554/eLife.51402

Pascal Branchereau - Crédit : Sharpen
Pascal Branchereau

Contact :
Pascal Branchereau
INCIA

07/02/20