#

Laurent Groc lauréat de la Subvention de l’Académie Nationale de Médecine

Laurent Groc - Crédit : Sharpen
Laurent Groc – Crédit : Sharpen

La SUBVENTION DE L’ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE (18 000€) décernée par l’Académie nationale de médecine récompense et encourage Laurent GROC (IINS) pour ses travaux sur le rôle de l’auto-immunité dans l’émergence de troubles psychotiques : de la voie moléculaire au traitement de patients.

Travaux récompensés

Rôle de l’auto-immunité dans l’émergence de troubles psychotiques : de la voie moléculaire au traitement de patients.

Depuis plus de 12 ans, le travail de son équipe, avec le soutien de cliniciens en France et à l’étranger, se focalise pleinement sur la compréhension, le diagnostic et le traitement des troubles neuropsychiatriques associés à la présence d’auto-anticorps dirigés contre le récepteur glutamatergique NMDA. Le concept ancien du rôle pathogénique d’auto-anticorps dirigés contre
des récepteurs aux neurotransmetteurs a resurgi avec force en neurologie et psychiatrie. Ce sont les travaux princeps de J. Dalmau en 2008 avec la description de l’encéphalite anti-RNMDA qui font éclore cette révolution. L’impact clinique de cette découverte a été majeur car elle a permis de traiter avec succès ces patients avec l’immunothérapie.

Grâce à une batterie de techniques de pointe, comme le suivi de molécules uniques, son équipe a pu établir la présence d’auto-anticorps dirigés contre le récepteur NMDA dans une sous-population (20%) de patients diagnostiqués avec une schizophrénie. Ces auto-anticorps de patients (schizophrènes, premiers épisodes psychose) sont capables d’induire une hypofonction des récepteurs NMDA en empêchant leur stabilisation synaptique. Les bases moléculaires de la « psychose auto-immune » ont été posées.

Aujourd’hui, Laurent Groc et son équipe travaillent à l’élaboration d’une plateforme de détection des auto-anticorps basée sur des approches expérimentales innovantes et de haute-technologie. Surtout, dans le cadre d’un programme hospitalier de recherche clinique (PHRC) réunissant 9 centres hospitaliers français et coordonné par son équipe, nous testons l’impact d’une immunothérapie chez des patients diagnostiqués avec des troubles psychotiques et séropositifs pour un auto-anticorps anti-RNMDA. Le lien croissant entre auto-immunité et pathologies neurologiques et psychiatriques ouvre des questions de recherche fondamentale et clinique de grande ampleur pour les décennies à venir.

A propos

Dossier de présentation des lauréats 2021.pdf

10/01/22