#

L’Adera devient une filiale de l’université de Bordeaux

Source : Université de Bordeaux

L’université de Bordeaux renforce son soutien à l’innovation en devenant actionnaire de l’Adera.

L’Adera, Association pour le Développement de l’Enseignement et des Recherches auprès des universités, des centres de recherches et des entreprises d’Aquitaine créée par des industriels et des universitaires en 1967, est au service de la relation avec les entreprises et de l’innovation. L’Adera a préparé son changement de statut depuis 2017, en actant d’une filialisation pour faire de l’université de Bordeaux, de l’université de Pau et des pays de l’Adour, de Bordeaux INP et de La Rochelle université ses actionnaires. Pendant les trois années du chantier de la filialisation, la continuité des actions de l’ADERA s’est poursuivie avec succès, comme en témoignent les bilans financiers très positifs de la structure.

Sur la base des activités générées par l’Adera, la répartition du capital de l’actionnariat a conduit à une répartition à 60% des parts pour l’université de Bordeaux, 25% pour l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, 10% pour Bordeaux INP et 5% pour La Rochelle Université. C’est l’Assemblée Générale de l’association ADERA qui a entériné le 30 juin dernier la transformation en société par actions simplifiées. Le nouveau Conseil d’administration composé de sept membres issus des établissements universitaires actionnaires s’est également réuni le 30 juin en assemblée générale pour valider l’actionnariat. La filiale est donc née.

Une nouvelle étape pour encourager l’innovation au sein de l’université

La participation au sein de l’Adera renforce encore la politique forte de l’université de Bordeaux pour accompagner et encourager l’innovation et les relations avec le monde industriel. Les missions initiales confiées à l’ADERA vont continuer comme :

  1. la gestion des contrats industriels, négociés pour leur grande majorité par Aquitaine Science Transfert, une autre filiale de l’université,
  2. le portage de plateformes et des cellules de transfert,
  3. l’appui à l’organisation de colloque en partenariat avec les services patrimoniaux de l’université.

L’ambition portée par l’université est de consolider les missions, mais aussi de les développer ou d’en créer de nouvelles, dans le même esprit, professionnalisme et service aux enseignants-chercheurs.

Comme le rappelle Eric Papon, vice-président Innovation et Relations Entreprises, « les activités confiées à une filiale sont très cadrées et s’appuient sur la loi sur l’innovation et la recherche du 12 juillet 1999 associée au décret n°2000-1264 du 26 décembre 2000 fixant les conditions dans lesquelles les universités peuvent prendre des participations et créer des filiales ainsi que la loi de programme du 18 avril 2006 pour la recherche autorisant les universités à confier à des personnes morales de droit privé leurs activités de valorisation. L’université participe aujourd’hui en tant qu’actionnaire à 3 filiales, la SATT Aquitaine Science Transfert, la SRIA et l’ADERA. Les missions sont déléguées aux filiales dans une perspective de professionnalisation des métiers de soutien aux activités de recherche. L’université siège dans les conseils d’administration de ces filiales et dans tous les comités ad hoc pour s’assurant du suivi des activités et de l’orientation des décisions. Les services de l’université sont en constante connexion avec les personnels des filiales via des process robustes. »

07/07/20