#

Giovanni Marsicano dans Nature Metabolism

Dans ce court article de synthèse, Giovanni Marsicano, avec son ex post-doctorant Arnau Busquets-Garcia (maintenant à Barcelone) et son collaborateur Juan Pedro Bolanos (Salamanque), souligne de nouveaux aspects de la signalisation endocannabinoïde en tant que médiateurs métaboliques.

Bien que leur structure chimique soit très différente, les endocannabinoïdes sont les analogues endogènes des cannabinoïdes, des composés initialement dérivés de la plante cannabis sativa ou produits synthétiquement. Les (endo)cannabinoïdes se lient et activent les récepteurs cannabinoïdes couplés aux protéines G, produisant ainsi une pléthore d’effets différents qui peuvent toucher la plupart des fonctions physiologiques du corps des mammifères. Des études menées au cours des dernières décennies ont mis en évidence le fort impact métabolique de la signalisation endocannabinoïde, et un article de 2017 de Piazza, Cota et Marsicano a proposé que la plupart (sinon toutes) les fonctions disparates du système endocannabinoïde pointent vers la promotion de l’accumulation d’énergie, à travers des mécanismes qui ont été appelés exostatiques. Nous présentons ici une nouvelle étape dans la compréhension des rôles et fonctions des endocannabinoïdes et des récepteurs cannabinoïdes. Une série d’études récentes a révélé que les récepteurs cannabinoïdes peuvent moduler directement l’activité mitochondriale. Les mitochondries étant les principaux organites métaboliques de la cellule, il s’agit évidemment d’un moyen direct supplémentaire pour le système endocannabinoïde de réguler les processus métaboliques. Cependant, l’impact mitochondrial des (endo)cannabinoïdes va au-delà de la simple régulation du métabolisme énergétique cellulaire de base. En régulant des fonctions élevées telles que le traitement de la mémoire ou les interactions sociales, les récepteurs cannabinoïdes mitochondriaux contribuent à soutenir l’idée que l’utilisation de l’énergie dans le cerveau ne sert pas seulement à la survie, mais est dotée de propriétés de signalisation capables d’avoir un impact sur les fonctions synaptiques et cérébrales. Un accent particulier est mis sur le rôle des principales cellules métaboliques du cerveau, les astrocytes, dans ces processus. Ainsi, de nouvelles preuves indiquent que la signalisation endocannabinoïde peut moduler l’utilisation de l’énergie pour le corps et, en même temps, utiliser cette modulation pour dicter des choix comportementaux.

Référence

Metabolic Messengers: endocannabinoids
Arnau Busquets-García, Juan P. Bolaños & Giovanni Marsicano
Nature Metabolism ; 11 July 2022

http://doi.org/10.1038/s42255-022-00600-1

 

28/07/22