Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Soutenance de thèse – Tiago Campelo

7 octobre 2019 / 09:30

From AMPAR lateral diffusion to whisker perception: a new model for cortical remapping

Lieu : centre Broca Nouvelle-Aquitaine

Tiago Sa Campelo
Directeur de thèse : Daniel Choquet

Résumé

De la diffusion latérale des récepteurs AMPA à la perception des whiskers : un nouveau modèle de cartographie corticale

Les champs récepteurs corticaux se réorganisent en réponse aux changements de l’environnement. Par exemple, suite à une lésion périphérique, les modalités sensorielles préservées gagnent de l’espace cortical au détriment de celles lésées. L’étude du cortex somatosensoriel en tonneau des rongeurs a fourni des données importantes pour la compréhension des mécanismes synaptiques à l’origine de cette réorganisation corticale. En condition normale, les neurones de chaque colonne corticale répondent de façon spécifique à la stimulation d’une seule vibrisse principale (« Principal Whisker, PW« ). Au contraire, suite à l’amputation de l’ensemble des vibrisses sauf une (« Single Whisker Experience, SWE« ), les neurones des colonnes associées aux vibrisses amputées répondent à la stimulation de la vibrisse conservée, à l’origine du renforcement et de l’expansion des représentations corticales des vibrisses conservées.

Bien que des preuves indirectes aient révélées un rôle de la potentialisation à long terme (« Long-Term Potentiation, LTP« ) de synapses préexistantes dans la modification des cartes corticales, probablement via une augmentation du nombre des récepteurs AMPA (AMPARs) aux synapses, un lien direct entre la LTP, la réorganisation des cartes corticales, et l’adaptation des comportements sensori-moteurs suite à une altération des entrées sensorielles n’a pas encore été démontré. L’objectif de cette thèse a donc été de mettre en évidence cette relation de façon expérimentale et en condition physiologique. Pour cela, nous avons mis au point une stratégie in vivo combinant des enregistrements électrophysiologiques, de l’imagerie biphotonique et l’analyse du comportement d’exploration chez la souris contrôle (« Full Whisker Experience, FWE) et amputée de certaines vibrisses (SWE).

Nous avons d’abord confirmé que la stimulation rythmique de la PW (« Rhytmic Whisker Swtimulation, RWS« ) renforce les synapses excitatrices (RWS-LTP) in vivo des souris anesthésiées FWE. Au contraire des souris FWE, les neurones pyramidaux des souris SWE présentent une augmentation de l’excitabilité neuronale et une absence de RWS-LTP, indiquant ainsi que les synapses corticales associées à la vibrisse intacte ont été potentialisées en réponse au protocole SWE. Pour mieux comprendre l’implication de la RWS-LTP dans la réorganisation des cartes corticales et l’adaptation des comportements sensori-moteurs, nous avons développé une nouvelle approche pour manipuler la LTP in vivo grâce à l’immobilisation des AMPARs par des anticorps extracellulaires (« cross-linking« ). En effet, notre équipe a montré précédemment que le cross-linking des AMPARs empêche la LTP in vitro. Par ailleurs, une accumulation des AMPARs au niveau post-synaptique a été démontrée in vivo par imagerie biphotonique au cours d’une stimulation RWS, suggérant un rôle de la mobilité de ces récepteurs dans cette RWS-LTP. Au cours de cette thèse, nous avons démontré que le cross-linking des AMPARs in vivo bloque également l’expression de la RWS-LTP, mais sans affecter la transmission synaptique basale, ni l’induction de la RWS-LTP, indiquant ainsi que la mobilité des AMPARs est également fondamental pour l’expression de la LTP in vivo. De façon importante, le cross-linking des AMPARs de façon chronique, au cours du SWE, permet non seulement de rétablir la RWS-LTP et l’excitabilité neuronale, et donc de bloquer la réorganisation corticale, mais aussi de modifier de façon permanente les capacités de récupération sensori-motrices des souris amputées.

Dans l’ensemble, nos données démontrent pour la première fois un rôle critique et direct de la RWS-LTP dans le réarrangement des circuits en réponse à l’amputation de certaines vibrisses. La réorganisation des cartes corticales serait ainsi assurée par le renforcement de la transmission synaptique, et constituerait alors un mécanisme compensatoire pour optimiser le comportement sensorimoteur de l’animal lors de l’altération des entrées sensorielles.

Mots clés : Récepteurs AMPA ; Plasticité synaptique ; LTP ; Réorganisation des cartes corticales ; Imagerie et Electrophysiologie In vivo

Jury

– Professor Richard Huganir (PhD)
– Professor Anthony Holtmaat (PhD)
– Isabelle Ferezou, PhD
– Julie Perroy, PhD
– Jérôme Baufreton, PhD

Prochainement

Pour la communauté scientifique


Pour tous

> Tous les événements

Pour ne rien manquer !

Détails

Date :
7 octobre 2019
Heure :
09:30
Catégorie d’Évènement: