ERC Starting Grants 2019 : le CNRS arrive en tête des organismes européens

Parmi les 6 projets retenus en Aquitaine, 2 sont portés par des chercheurs de Bordeaux Neurocampus : Jonathan Elegheert et Lisa Roux.

Communiqué du CNRS Aquitaine

Créé en 2007, l’European Research Council (Conseil européen de la recherche) attribue chaque année des bourses de recherche individuelles à des scientifiques talentueux. Avec 24 projets lauréats, dont 6 aquitains, le CNRS conserve sa place de premier organisme d’accueil européen des bourses ERC « Starting Grants » en 2019.

L’Institut Max-Planck arrive en deuxième position avec 17 projets lauréats, suivi de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich avec 15 projets.

La France est en quatrième position, avec 41 projets lauréats, derrière l’Allemagne (73 projets), le Royaume-Uni (64) et les Pays-Bas (53).


L’appel ERC Starting Grant s’adresse à de jeunes chercheurs ayant obtenu leur thèse 2 à 7 ans auparavant. L’objectif est de financer des projets de recherche exploratoire sur une durée maximale de 5 ans avec un budget de 1,5 millions d’euros environ. L’appel ERC Starting Grant 2019 a bénéficié d’un budget global de 621 millions d’euros et devrait financer environ 408 bourses. Dans la Délégation Aquitaine du CNRS, les 6 projets lauréats devraient bénéficier de plus de 9 millions d’euros au total.

 

Les lauréats CNRS en Aquitaine

Amélie Bernard, Laboratoire de biogenèse membranaire (LBM – CNRS / université de Bordeaux)

Projet : LIP-ATG

Titre : The missig link: how do membrane lipids interplay with ATG proteins to instruct plant autophagy?

Thématique : Biologie des plantes

Le projet en bref : L’autophagie est un processus indispensable à la survie des plantes en cas de sécheresse, de pénurie de nutriments ou d’attaques d’agents pathogènes. LIP-ATG vise à avoir une vision intégrée des processus moléculaires qui contrôlent l’autophagie et fournir des connaissances fondamentales dans notre compréhension des processus d’adaptation des plantes.


 Pierre Bon, Laboratoire photonique, numérique, nanosciences (LP2N – CNRS / université de Bordeaux / Institut d’Optique Graduate School)

Projet : SPECIPHIC

Titre : Label-free quantitative nanoscopy for molecular specific identification at depth in pristine living biological tissues.

Thématique : Biophysique

Le projet en bref : SPECIPHIC vise à développer une nouvelle approche d’imagerie optique pour l’étude du vivant à l’échelle moléculaire qui soit non-invasive et totalement furtive. Cela permettra d’augmenter drastiquement la quantité d’information recueillie (et donc notre compréhension des objets biologiques) à des échelles spatiotemporelles jamais atteintes sans induire de modification de l’échantillon.


Hannelore Derluyn, Laboratoire des fluides complexes et leurs réservoirs (LFCR – CNRS / Université de Pau et des Pays de l’Adour / Total SA)

Projet : PRD-Trigger

Titre : Precipitation triggered rock dynamics: the missing mesoscopic link

Thématique : Géomécanique

Le projet en bref : Le projet PRD-Trigger vise à développer un nouvel ensemble d’outils de modélisation expérimentale qui ouvrira de nouvelles voies pour améliorer la durabilité des pierres de construction, le patrimoine culturel et la protection du littoral, ainsi que la géoingénierie du sous-sol.


Jonathan Elegheert

Jonathan Elegheert, Institut interdisciplinaire de neurosciences (IINS – CNRS / université de Bordeaux)

 Projet : SYNLINK    

Titre : Molecular Structure and Engineering of Synaptic Organizer Proteins in Health and Disease.

Thématique : Biologie moléculaire et structurale, Neurosciences

Le projet en bref : Le projet SYNLINK vise à élucider des principes fondamentaux de la signalisation synaptique (communication entre les cellules neuronales dans le cerveau), et vise ainsi à ouvrir la voie à des thérapies modificatrices des maladies centrées sur le rétablissement de la connectivité et de la fonction synaptique, avec un intérêt particulier pour les démences comme la maladie d’Alzheimer.

 


Guillaume Guérin, Institut de recherche sur les archéomatériaux – Centre de recherche en physique appliquée à l’archéologie (IRAMAT-CRP2A – CNRS / Université Bordeaux Montaigne)

 Projet : Quina World

Titre : Tracking Neanderthals in time and space: was the “Quina World” the first regional cultural entity in the History of Europe?

Thématique : Préhistoire

Le projet en bref : Quina World vise à tester l’hypothèse selon laquelle les Néanderthaliens ont, à un moment donné de leur occupation de l’Europe, formé une entité culturelle à l’échelle de notre continent. Au moyen notamment de datations par luminescence à haute résolution, Guillaume Guérin et ses collaborateurs espèrent ainsi mieux connaître nos cousins disparus.


Lisa Roux - Crédit : Sharpen
Lisa Roux

Lisa Roux, Institut interdisciplinaire de neurosciences (IINS – CNRS / université de Bordeaux)

Projet : sociOlfa

Titre : Learning from social scents: from territory to identity

Thématique : Neurosciences

Le projet en bref : Le projet sociOlfa vise à identifier comment les odeurs dites « sociales » (signaux olfactifs émis par les individus) sont traitées par le cerveau de la souris pour lui permettre d’identifier ses congénères (mémoire sociale) et leurs territoires (mémoire spatiale). Ce projet contribuera ainsi à la compréhension des processus neurobiologiques impliqués dans la mémoire ainsi que dans les comportements sociaux.

06/09/19