#

Entretien : Naoya Takahashi

Naoya Takahashi
Naoya Takahashi

Naoya Takahashi a rejoint l’IINS comme nouveau chef d’équipe il y a quelques semaines, grâce à une chaire de « Junior Team leader » du programme Neurocampus, financé par la Région Nouvelle-Aquitaine. Au-delà de la création de sa nouvelle équipe, cet automne est riche en événement pour lui ! Nous l’avons rencontré. 

English version (with more scientific details)

Bordeaux Neurocampus : Votre équipe a pour nom « Bases neurales de la perception ». Pouvez-vous nous expliquer en quoi consistent vos recherches ?

Naoya Takahashi : L’attention et la connaissance du contexte sont des prérequis indispensables à une perception optimale et à la prise de décision. L’objectif principal de notre laboratoire est d’identifier les mécanismes neuronaux impliqués dans le contrôle cognitif et dans la modulation contextuelle de la perception et des actions comportementales.

Pour atteindre cet objectif, notre équipe se concentre sur la sensation tactile, qui est une modalité sensorielle prédominante chez les rongeurs pour percevoir le monde. Nous étudions chez la souris comment les entrées tactiles sont traitées et modulées dans le cortex somato-sensoriel – partie du cerveau qui reçoit des informations provenant de la surface du corps par l’intermédiaire de différents neurones –, puis transmises aux régions en aval.

Nous émettons l’hypothèse d’un mécanisme canonique d’intégration et de transformation des signaux dans certains neurones – les neurones pyramidaux individuels – à différents états du cerveau (par exemple, l’attention) et dans différents contextes (par exemple, les demandes comportementales).

Pour cela, nous étudions donc d’une part les origines et les structures spatiotemporelles des signaux arrivant aux dendrites neuronales et d’autre part les mécanismes subcellulaires synaptiques et dendritiques responsables de l’intégration de ces signaux.

Qu’est-ce qui vous a poussé à postuler pour ce poste à Bordeaux ?

Après avoir publié quelques articles sur mon travail de post-doctorat, j’ai commencé à rechercher un poste de chef de groupe ou de professeur d’université afin de poursuivre ma carrière indépendante à l’avenir. En tant que physiologiste étudiant les synapses et les dendrites, je connaissais la communauté des neurosciences à Bordeaux et j’ai été inspiré par leurs recherches pionnières dans ce domaine. J’ai donc été heureux lorsque j’ai trouvé l’ouverture d’un poste de chef d’équipe à l’IINS.

Lors de ma visite pour l’entretien, j’ai été impressionné par la qualité de la science, le cadre de recherche de pointe et l’interaction dynamique entre les scientifiques de l’institut. J’étais convaincu que l’environnement de recherche et l’atmosphère ouverte de l’IINS et de Bordeaux Neurocampus m’aideraient à établir ma carrière indépendante et à élargir mes perspectives scientifiques grâce à des collaborations. Et j’aimais aussi beaucoup cette belle ville qu’est Bordeaux. J’ai été extrêmement heureux lorsque j’ai reçu une offre de l’IINS, et j’ai immédiatement répondu « Je viens ! »

Vous venez d’être lauréat de l’ATIP et de l’ANR. Pouvez-vous nous en dire plus ?

En effet, je suis très heureux et honoré d’avoir été sélectionné comme lauréat du programme ATIP-Avenir et ANR-JCJC de cette année. Cependant le financement de l’ANR-JCJC a été décliné en raison de son incompatibilité avec ATIP-Avenir.

Dans le projet financé, nous nous concentrons spécifiquement sur la compréhension de la neurophysiologie de l’attention. Nous étudierons les bases cellulaires et les circuits de la modulation attentionnelle du traitement sensoriel tactile. L’attention est une fonction cérébrale essentielle qui donne la priorité au traitement sensoriel et nous guide pour décider du comportement. On pense que les ressources nécessaires pour l’attention sont allouées de manière sélective en fonction des stimuli sensoriels. Notre objectif est de visualiser comment certaines de ces ressources attentionnelles sont réparties dans l’espace et le temps sur le cortex sensoriel. Nous nous intéressons également au processus par lequel les entrées attentionnelles sont intégrées dans le traitement sensoriel.

Ce mois d’octobre est plein de bonnes nouvelles pour vous : vous avez également fait la couverture de Nature Neuroscience avec un article né de vos travaux avec votre ancienne équipe à Berlin.

Oui, j’ai en effet été très heureux de voir que mon article a été sélectionné pour la couverture de la revue Nature Neuroscience !

Ce travail s’est appuyé sur mes travaux précédents, qui ont élucidé le rôle décisif de l’activité dendritique de certains neurones – les neurones pyramidaux corticaux – lorsque les souris percevaient un faible stimulus tactile (en l’occurrence la déviation des moustaches).

Cette fois, nous avons mis en lumière le rôle que jouent les dendrites corticales, en fonction du contexte, dans l’interaction entre le cortex et les régions sous-corticales dans le processus perceptif.

Des postes seront-ils bientôt ouverts dans votre équipe ?

Oui, nous avons actuellement des postes ouverts pour deux post-doctorants et un assistant technique !

Les postes de post-doctorants sont financés par le projet ATIP-Avenir “Cellular and circuit basis of attentional modulation of tactile sensory processing”. Dans ce projet, nous appliquerons des méthodes d’imagerie in vivo à la résolution subcellulaire (c’est-à-dire les synapses, les dendrites) pour étudier le traitement sensoriel cortical chez des souris effectuant une tâche tactile.

Le candidat retenu, titulaire d’un doctorat, fera preuve d’une expérience avérée en expérimentation (par exemple, imagerie à deux photons, électrophysiologie, comportement chez la souris) en plus d’une forte motivation scientifique. Des compétences en programmation en matlab ou python sont requises.

Pour le poste de technicien(ne), le/la candidat(e) aura des compétences dans un ou plusieurs des domaines suivants : immuno-histochimie, épifluorescence/microscopie confocale, stéréotaxie, manipulation et entraînement de souris, programmation (matlab, python).

Pour postuler, les candidats doivent envoyer leur CV, une brève description de leurs intérêts de recherche, ainsi que le nom et les coordonnées de deux personnes de référence à


En savoir plus

Naoya Takahashi

English version (with more scientific details)

05/11/20