Thèse de Virginie Lambrecq

Corrélats neuronaux de l’incertitude, aspects psychophysiologiques et physiopathologiques

Thèse soutenue le 16 décembre 2014

L’incertitude est un processus cognitif communément expérimenté lors d’une prise de décision. Dans le trouble obsessionnel-compulsif (TOC), il est excessif et compromet les capacités décisionnelles de l’individu. Ce travail avait comme objectif une meilleure compréhension des aspects physiologiques et physiopathologiques de l’incertitude, au travers d’une double approche, comportementale et électrophysiologique. Dans un premier temps, nous avons construit une tâche originale qui permet d’exprimer son incertitude au cours d’une prise de décision.

Avec cette « tâche d’incertitude », nous avons exploré les relations entre mémoire de travail et incertitude. Nous avons montré que les capacités de mémoire de travail prédisaient la propension à l’incertitude chez les volontaires sains alors que l’incertitude était suivie d’une dégradation des performances mnésiques chez les patients TOC. Puis, nous avons trouvé une relation entre capacités mnésiques et incertitude dans une population de patients épileptiques avec déficits mnésiques, confirmant ainsi le rôle des capacités mnésiques dans la survenue de l’incertitude physiologique.

Pour l’étude des corrélats neuronaux, nous avons mesuré l’activité électrophysiologique intracérébrale des régions impliquées dans la prise de décision au cours de la tâche d’incertitude, chez des patients épileptiques pour les structures corticales et chez des patients TOC pour les structures sous-corticales. Nous avons montré que l’incertitude était associée à : 1/ une diminution d’amplitude des potentiels évoqués des régions préfrontales et prémotrices ; 2/ une moindre synchronisation des bandes de fréquence alpha et bêta en temps-fréquence ; 3/ une augmentation de l’amplitude des potentiels évoqués dans le noyau sous-thalamique.

Nos résultats suggèrent un défaut d’engagement des structures corticales impliquées dans la prise de décision au cours de l’incertitude. Enfin, notre travail tend à confirmer le rôle du noyau sous-thalamique dans la physiopathologie du TOC et dans les mécanismes sous-tendant l’incertitude pathologique.

Jury

  • Professeur Pierre Burbaud 
  • Professeur Antoine Pelissolo
  • Professeur Philippe Derambure 
  • Dct Catherine Liégeois-Chauvel
  • Directeur de thèse : Professeur Dominique Guehl

Directeur de thèse

Dominique Ghuel
est neurologue et électrophysiologiste. Il est praticien hospitalier à l’Hôpital Haut-Lévèque .
Chercheur à l’Institut des maladies neurodégénératives
CNRS UMR 5293. Co-responsable(s) de l’équipe : Planification de l’action en situation normale et pathologique avec Pierre Burbau

Last update: 10 avril 2018