Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

J-P Delbecque, Pascal Fossat et al. dans Scientific Reports

Harcèlement et anxiété chez l’écrevisse de Louisiane

Le 31 janvier 2017

Social harassment induces anxiety-like behaviour in crayfish
Julien Bacqué-Cazenave, Daniel Cattaert, Jean-Paul Delbecque & Pascal Fossat
Scientific Reports | 7:39935 | DOI: 10.1038/srep39935

Institut de Neurosciences cognitives et intégratives d'Aquitaine (INCIA) Directeur : Jean-René Cazalets, Directeur adj : Wim Crusio



 Pascal Fossat: Les interactions sociales qui permettent la mise en place d'une hiérarchie s'accompagnent souvent chez les mammifères de désordres psychologiques, comme le harcèlement et l’anxiété.
Nous montrons dans cette étude que ces interactions entrainent des conséquences équivalentes chez l'écrevisse de Louisiane, un crustacé aquatique. Si deux écrevisses sont placées dans l’espace restreint d’un aquarium, elles s'affrontent, souvent de façon violente, jusqu’à ce que l’une ne cesse le combat et montre un comportement de fuite ou de soumission.

Mais, malgré le changement de comportement de l’animal vaincu, le vainqueur continue souvent d’exprimer des actes agressifs excessifs, qui ont des conséquences délétères chez le vaincu et qui peuvent être interprétés comme du harcèlement. Les vaincus développent en effet un comportement de type anxieux qui est corrélé essentiellement à l'intensité du stress social qu'ils subissent durant la période de harcèlement.

Ces interactions impliquent la sérotonine dont les niveaux sont augmentés après la rencontre sociale, davantage chez l’animal vaincu que chez le vainqueur. L’anxiété du perdant est supprimée par un anxiolytique, mais aussi par un antagoniste 5-HT appliqué juste avant la rencontre sociale.
Nos résultats montrent que les bases du harcèlement et de ses conséquences sur les vaincus sont apparues très tôt au cours de l'évolution et suggèrent que l'écrevisse peut être un modèle surprenant mais fructueux dans l'étude de ces désordres sociaux.

 

First period: Fighting 35 sec, Second period: Loser decision 25 sec, Third period: Harassment last 30 sec

Abstract PubMed
Social interactions leading to dominance hierarchies often elicit psychological disorders in mammals including harassment and anxiety. Here, we demonstrate that this sequence also occurs in an invertebrate, the crayfish Procambarus clarkii. When placed in the restricted space of an aquarium, crayfish dyads generally fight until one of the opponents suddenly escapes, thereafter clearly expressing a submissive behaviour. Nevertheless, the winner frequently keeps on displaying excessive aggressive acts, having deleterious consequences in losers and interpreted as harassment behaviour. We indeed observed that, contrary to winners, losers expressed anxiety-like behaviour (ALB) in correlation with the stress intensity they suffered during the harassment period mainly. Injections of an anxiolytic abolished ALB, confirming its homology with anxiety. A serotonin (5-HT) antagonist had the same effect, suggesting a role for 5-HT, whose brain concentrations increased much more in losers than in winners. Our findings suggest that the bases of harassment and of its anxiogenic consequences have emerged very early during evolution, and emphasize crayfish as an unexpected but potentially fruitful model for the study of these social disorders.

Pascal Fossat, PhD, MC, UF de Biologie, Université de Bordeaux pascal.fossat(at)u-bordeaux.fr
Dernière mise à jour le 02.02.2017