Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

Mireille Montcouquiol: une oreille in vitro

la génération in vitro d'un organe rudimentaire de l'oreille interne....

Le 15 juillet 2013

Il s'agit d'une étude très intéressante et originale montrant la génération in vitro d'un organe rudimentaire de l'oreille interne.

Here find the english version, click...

Generation of inner ear sensory epithelia from pluripotent stem cells in 3D culture.Koehler KR, Mikosz AM, Molosh AI, Patel D, Hashino E.
Nature. 2013 Jul 10. doi: 10.1038/nature12298. [Epub ahead of print]
Indiana University School of Medicine, Indianapolis, Indiana, USA.

lien vers vers l'article dans Nature...

Une oreille in vitro

Dans ce travail, les auteurs ont modifiés un protocole déjà établi sur des cellules souches (avec le nom barbare de cultures flottantes libres de sérum des agrégats de type corps embryoïdes avec regroupement rapide ou cultures SFEBq) qui avait été développé pour générer des neurones corticaux et rétiniens in vitro. Le postulat pour leur étude était que l'ectoderme est un ancêtre développemental commun au neurectoderme, qui donne naissance aux tissus nerveux (comme les neurones corticaux ou rétiniens), et à l'ectoderme non neural, qui donne naissance à l'oreille interne. Un rappel que chaque cellule neurale a son origine dans un tissu épithélial !

Grâce à une série de traitements séquentiels très spécifiques avec des BMPs, des FGFs et des inhibiteurs des voies TGFb et BMPs, les auteurs ont réussi a générer des agrégats de cellules ayant des caractéristiques d'ectoderme non neural. Ils ont ensuite été capables d'induire la différenciation de ces cellules en une placode otique. In vivo, l'invagination de la placode otique donne naissance à la forme la plus précoce de l'oreille interne, la vésicule otique ou otocyste, qui se différenciera ensuite en système cochléaire (audience) et vestibulaire (équilibre). De façon étonnante, dans cette étude, la couche externe (type placode) des agrégats s'évagine pour donner des vésicules in vitro, simulant ainsi l'invagination de la vésicule otique in vivo. Les agrégats sont ensuite placés en cultures flottantes sans sérum, ce qui permet la différenciation finale de certaines cellules en cellules ciliées, en cellules et soutien et même en neurones innervant les cellules ciliées. En substance, tous les types cellulaires composant une oreille interne. De façon encore plus étonnante, ces cellules récapitulent la plupart des propriétés physiologiques et anatomiques de leurs homologues in vivo.


 Cette étude s'appuie sur des années d'accumulation de connaissances non seulement dans le domaine des cellules souches, mais aussi dans le domaine de l'oreille interne. Cette étude est la quintessence de comment la compréhension des mécanismes moléculaires conduisant à l'élaboration et la maturation d'un tissu peut éventuellement conduire à la génération de puissants modèles in vitro et a des approches thérapeutiques nouvelles pour la médecine régénérative. Non seulement ce modèle est utilisable pour test pharmacologiques, mais aussi pour faire avancer notre compréhension du développement de l'oreille interne et également pour développer de future thérapie cellulaire. En France, 1 enfant sur 1000 et 1 adulte sur 10 a des problèmes d'audition (légères ou graves). Dans ce contexte, tout pas en avant avec un fort potentiel therapeutique est une excellente nouvelle.

Je dois souligner que si cette étude est révolutionnaire, le fait que les auteurs soient en mesure de générer un système de type vestibulaire in vitro signifie que davantage de travail est nécessaire pour atteindre la prochaine étape, un système de type cochléaire in vitro. Comme l'un de mes ancien mentor dirait : une oreille in vitro !
 

Merci Mireille  pour ce commentaire !

Pour plus d'informations sur les déficits de l'oreille interne:

 http://www.auditionecoute33.fr/
http://www.surdifrance.org/ 

Team


Mireille Montcouquiol et Nathalie Sans sont les co-responsables de l'équipe: Polarite Planaire et Plasticite. Rattachée au Neurocentre Magendie - Physiopathologie de la plasticité neuronale de Pier Vincenzo Piazza.