Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

Pierre Philip et al. dans Scientific Reports

Un psychiatre virtuel qui diagnostique des troubles dépressifs

Le 3 avril 2017

Virtual human as a new diagnostic tool, a proof of concept study in the field of major depressive disorders. Pierre Philip, Jean-Arthur Micoulaud-Franchi, Patricia Sagaspe, Etienne De Sevin, Jérôme Olive, Stéphanie Bioulac & Alain Sauteraud
Scientific Reports 7, Article number: 42656 (2017) doi:10.1038/srep4265 12 January 2017


Dans Sciences et Avenir du 14 mars 2017   et lSanté Figaro.fr


 «Alors que nous sommes un des pays qui consomment le plus de psychotropes, une proportion importante de sujets dépressifs n'est pas diagnostiquée. Un tel outil permettrait de mieux orienter les malades », estime le Dr Pierre Philip. Également dans les tuyaux, des patients virtuels qui serviraient à la formation de médecins… bien réels.(Le Figaro

Pierre Philip, praticien hospitalier au CHU de Bordeaux et directeur de l'unité Sanpsy (sommeil - addiction - neuropsychiatrie) au CNRS est persuadé qu'il manque notamment à ces outils numériques des interactions empathiques, ce médecin travaille au développement d'humains virtuels bien acceptés par les patients pour diagnostiquer addiction à l'alcool, troubles du sommeil et... troubles mentaux tels que la dépression.

Avec ses collègues du laboratoire Sanpsy, Pierre Philip a développé ce qu'il présente comme le premier humain virtuel capable de conduire un entretien clinique pour diagnostiquer des troubles dépressifs, explique-t-il dans la revue Scientific Reports. Pour ce faire, il a fallu "dessiner" cet agent conversationnel animé (une psychiatre nommée Julia), lui créer un visage, une voix, lui faire adopter des gestes et des mimiques par la technique de capture des mouvements (motion capture). "L'entretien entre cet humain virtuel et le patient est construit à partir d'un référentiel médical validé (ndlr : basé sur le DSM-5, le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux créé par l'Association Américaine de Psychiatrie), enrichi par des tournures de phrases et des interactions gestuelles et faciales renforçant l'engagement du patient dans l'échange", explique Pierre Philip. Au total, 179 patients (âge moyen : 46 ans) recrutés pour l'étude ont eu droit à une consultation avec cette "intelligence artificielle" (voir la vidéo ci-dessous) et un entretien avec un médecin réel, dans un ordre aléatoire….

..."L'enjeu n'est pas de remplacer le médecin mais d'assister ce dernier pour diagnostiquer plus rapidement des patients non identifiés comme dépressifs et possiblement, dans le futur, d'assurer un suivi médical de qualité au domicile du patient", ajoute le spécialiste. Même si l'entretien avec ce drôle de psychiatre, à la voix de synthèse et aux mouvements peu naturels, peut paraître "froid" de prime abord, il s'avère bien accepté par les patients, montre cette étude, soulignant "un score d'acceptabilité de 25,4/30 de la part des patients"...

Ci dessous entretien avec le psychiatre virtuel Julia / une vidéo du laboratoire  Sanpsy

 

Abstract
Embodied Conversational Agents (ECAs) are promising software to communicate with patients but no study has tested them in the diagnostic field of mental disorders. The aim of this study was 1) to test the performance of a diagnostic system for major depressive disorders (MDD), based on the identification by an ECA of specific symptoms (the MDD DSM 5 criteria) in outpatients; 2) to evaluate the acceptability of such an ECA. Patients completed two clinical interviews in a randomized order (ECA versus psychiatrist) and filled in the Acceptability E-scale (AES) to quantify the acceptability of the ECA. 179 outpatients were included in this study (mean age 46.5 ± 12.9 years, 57.5% females). Among the 35 patients diagnosed with MDD by the psychiatrist, 14 (40%) patients exhibited mild, 12 (34.3%) moderate and 9 (25.7%) severe depressive symptoms. Sensitivity increased across the severity level of depressive symptoms and reached 73% for patients with severe depressive symptoms, while specificity remained above 95% for all three severity levels. The acceptability of the ECA evaluated by the AES was very good (25.4). We demonstrate here the validity and acceptability of an ECA to diagnose major depressive disorders. ECAs are promising tools to conduct standardized and well-accepted clinical interviews.

En savoir plus : sur le site web SanPsy

Contact Sanpsy / Pierre Philip / Sommeil, Attention et Neuropsychiatrie Hôpital Pellegrin Tripode 13ème Etage /BORDEAUX/http://www.sanpsy.univ-bordeauxsegalen.fr/
Dernière mise à jour le 03.04.2017