Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

A. Abdi, N. Mallet & J. Baufreton dans J. Neurosci.

PROTO & ARKY: deux types neuronaux dans le globus pallidus externe pour contrôler l’exécution du mouvement volontaire

Le 19 mai 2015

Prototypic and arkypallidal neurons in the dopamine-intact external globus pallidus.
Abdi A, Mallet N, Mohamed FY, Sharott A, Dodson PD, Nakamura KC, Suri S, Avery SV, Larvin JT, Garas FN, Garas SN, Vinciati F, Morin S, Bezard E, Baufreton J, Magill PJ.
J Neurosci. 2015 Apr 29;35(17):6667-88. doi: 10.1523/JNEUROSCI.4662-14.2015.

The same page in english... 



Selon le modèle classique d’organisation anatomo-fonctionnel des ganglions de la base, le globus pallidus externe (GPe) a toujours été considéré comme un noyau-relai entre le striatum (STR) et le noyau sous-thalamique (NST), composé d’une seule population de neurones GABAergiques de projection.


 Dans cette étude, réalisée en collaboration avec le laboratoire du Dr P. Magill (Oxford University, UK) nous montrons
que le GPe est en fait composé de deux populations principales de neurones chez le rat : dénommés neurones “prototypiques” et les neurones “arkypallidaux”.
Afin de mieux appréhender ces nouveaux circuits neuronaux, nous avons utilisé une approche multidisciplinaire combinant anatomie, traçage neuronal et enregistrements électrophysiologiques in vitro et in vivo. Nos résultats montrent que ces deux types neuronaux sont caractérisés par l’expression mutuellement exclusive de facteurs de transcription : Nkx2.1 pour les neurones prototypiques et FoxP2 pour les neurones arkypallidaux.

Nous avons démontré, de plus, que les neurones prototypiques projettent sur le NST et ont une activité de décharge élevée alors que les neurones arkypallidaux innervent exclusivement le striatum et déchargent des potentiels d’action à basse fréquence qui sont fortement synchronisés avec l’activité corticale.

Enfin, nous mettons en évidences que seule l’activité des neurones des neurones prototypiques est affectée chez un modèle expérimental de la maladie de Parkinson et devient synchronisée avec l’activité corticale. Dans leur ensemble, les résultats de notre étude posent les fondations pour une meilleure compréhension du rôle de ces deux sous-types neuronaux dans le fonctionnement physiologique et physiopathologique des ganglions de la base. Cette étude indique aussi la nécessité de réévaluer le modèle actuel d’organisation de ce réseau.

Suite à cette étude, nous allons organiser un symposium intitulé “Regarder la diversité neuronale du globus pallidus externe : du développement au comportement” qui se déroulera le 17-18 Septembre 2015 à la plateforme de génomique fonctionnelle de Bordeaux en présence des principaux leaders européens du domaine. Les détails du symposium seront annoncés sous peu.


 

Jérôme Baufreton / Team leader: Synpatic and cellular dynamics of neuronal network / IMN / jerome.baufreton(a)u-bordeaux.fr
Dernière mise à jour le 21.05.2015