Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

B. Dehay, M. Bourdenx et al. dans Lancet Neurol.

La synucléine : avoir 18 ans et devenir majeur !

Le 10 juin 2015

Targeting α-synuclein for treatment of Parkinson’s disease: mechanistic and therapeutic considerations
Benjamin Dehay*, Mathieu Bourdenx*, Philippe Gorry, Serge Przedborski, Miquel Vila, Stéphane Hunot, Andrew Singleton, C Warren Olanow, Kalpana M Merchant, Erwan Bezard, Gregory A Petsko, Wassilios G Meissner
dans The Lancet Neurology (Published Online June 4, 2015 ; Impact Factor: 21.823) Review (Personal View)




Cet article de revue est le résultat du meeting qui s’est tenu à Bordeaux le 4 et 5 Septembre 2013  où les deux domaines de recherche, académiques et industriels, se sont rencontrés pour accélérer la recherche translationnelle de la paillasse au lit du patient. L’objectif de ce meeting a été de fournir des informations pratiques, utiles et à jour sur l’état des connaissances des mécanismes pathophysiologiques de la maladie de Parkinson, qui permettront d'identifier des pistes de traitement les plus prometteuses et innovantes. 



 Cette revue que nous venons publier dans The Lancet Neurology se concentre exclusivement sur le rôle de l’α-synucléine, 18 ans après sa découverte, dans la pathologie et ses promesses comme cible thérapeutique.

La perte préférentielle des neurones dopaminergiques dans la substance noire et l’agrégation de l’α-synucléine sous forme de corps de Lewy et neurites de Lewy sont les caractéristiques neuropathologiques de la maladie de Parkinson. La plupart des cas sont d’origine sporadique, mais des mutations dans plusieurs gènes dont l’α-synucléine sont associés au développement de la maladie.
Cependant, les mécanismes conduisant à la neurodégénérescence restent inconnus, ce qui limite les stratégies thérapeutiques visant à bloquer la mort neuronale. Cette revue décrit les preuves actuelles pour un rôle prédominant de l’α-synucléine dans la pathologie de la maladie de Parkinson, ainsi que certaines des plus prometteuses stratégies fondées sur l’α-synucléine, actuellement en développement pour cette maladie neurodégénérative incurable à ce jour.

Cette Personal View fournit une revue à jour de la situation sur les aspects fondamentaux, cliniques et industriels de la question, rédigée par un panel d’experts. Cet article est particulièrement original dans sa forme et dans son orientation pour le lecteur, en contradiction avec ce qui est actuellement disponible dans la littérature.


Abstract PubMed
Progressive neuronal cell loss in a small subset of brainstem and mesencephalic nuclei and widespread aggregation of the α-synuclein protein in the form of Lewy bodies and Lewy neurites are neuropathological hallmarks of Parkinson’s disease. Most cases occur sporadically, but mutations in several genes, including SNCA, which encodes α-synuclein, are associated with disease development. The discovery and development of therapeutic strategies to block cell death in Parkinson’s disease has been limited by a lack of understanding of the mechanisms driving neurodegeneration. However, increasing evidence of multiple pivotal roles of α-synuclein in the pathogenesis of Parkinson’s disease has led researchers to consider the therapeutic potential of several strategies aimed at reduction of α-synuclein toxicity. We critically assess the potential of experimental therapies targeting α-synuclein, and discuss steps that need to be taken for target validation and drug development.

Institute of Neurodegenerative Diseases, University of Bordeaux (erwan.bezard @ u-bordeaux.fr)
Dernière mise à jour le 10.06.2015