Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

Communiquer sur les astrocytes...

dans le magazine "La Recherche" de Février

Le 26 janvier 2013

Avec Thomas Papouin et Stéphane Oliet

Vous venez de publier un article dans La Recherche « Comment les astrocytes contrôlent les neurones », pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Thomas Papouin: Dans cette parution, nous avons essayé Stéphane et moi de passer au travers des découvertes les plus récentes, et les plus marquantes conceptuellement, concernant le rôle des astrocytes dans le système nerveux. Evidemment, il a fallut choisir parce que les publications de la sorte fleurissent depuis peu, et souvent dans des journaux a tres haut impact, ce qui souligne l’importance et la nouveauté qu’apportent ces découvertes. Nous avons donc décidé de nous concentrer sur certaines fonctions clefs des astrocytes, qui avaient été suspectées de manière un peu lointaine il y a plusieurs décennies de cela, alors que le terme de Neurosciences n’existait pas encore. Couplage énergétique, transmission synaptique de l’information, rétention de l’information, sont les trois axes que nous avons développés.

 Rien à voir avec les articles que l’on a l’habitude d’écrire pour publier ses résultats scientifiques n’est-ce pas ?

Thomas Papouin: Ah non, effectivement ! Ecrire pour La Recherche c’est être contraint à toutes les limitations qu’exige un article de vulgarisation. Il n’y a qu’à voir le titre, accrocheur mais un tantinet abusif… Donc le plus gros du travail est de réussir à être simple tout en restant exact, à élaguer sans raccourcis abusifs, et à « romancer » en restant fidele a la science. Ce qui n’est pas une mince affaire. Passes ces difficultés nous avons cherche à raconter comment depuis quelques années la communauté des neurosciences a enrichie sa vision du systeme nerveux en y incorporant les astrocyes. Qu’il s’agisse de transmission synaptique, de couplage énergétique ou de mémoire, de nombreuses publications nous ont récemment forcées à sortir de nos habitudes neurocentriques, pour le plus grand bien de notre connaissance du système nerveux. Mais il s’agit de raconter et non d’argumenter ou de démontrer, et en cela c’est effectivement un exercice qui est très différent de la rédaction d’un article de recherche. Ne serait-ce que parce que c’est en français, d’ailleurs. Mais c’est rafraichissant ! 

Comment en vient-on à être contacté par La Recherche ? 

Stéphane Oliet  : Je pense que la publication de nos travaux au cours de ces dernières années dans des journaux à fort impact comme Nature ou Cell, ainsi que notre entêtement récurrent pour tenter de convaincre nos collègues de l’importance des cellules gliales dans la communication cérébrale, ont contribué à faire de nous des interlocuteurs privilégiés lorsqu’il s’agit de défendre la cause de ces nouvelles starlettes du cerveau ! Beaucoup de neuroscientifiques nous voient encore comme des outsiders et le domaine des cellules gliales reste encore tres peu connu en dehors du domaine de la recherche. Cela explique certainement l’engouement des journaux de vulgarisation pour ce sujet.

 



Thomas Papouin (Thomas.Papouin @ tufts.edu)
Dernière mise à jour le 17.04.2013



Thomas Papouin, PhD
Department of Neuroscience
Tufts University School of Medicine
Boston (USA)
Thomas.Papouin@tufts.edu

Post doctorat en 2011-2012 à
Tufts University
 chez Philip G. Haydon, Ph.D.
Professor & Chair
Department:
Neuroscience-BasicSci/Medical