Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

Séminaire - Jean RossierPlasticity, Critical Period, Perineuronal Net (PNN), Metallopeptidases and Fast Spiking Parvalbumin (FS-PV) interneurons in the cortex

Abstract :


 The in situ hybridization Allen Mouse Brain Atlas was mined for proteases expressed in the somatosensory cerebral cortex.
Among the 480 genes coding for protease/peptidases, only 4 were found enriched in cortical interneurons: Reln coding for reelin; Adamts8 and Adamts15 belonging to the class of metzincin proteases involved in reshaping the perineuronal net (PNN) and Mme encoding for Neprilysin, the enzyme degrading amyloid β−peptides. The pattern of expression of metalloproteases (MP) was analyzed by single cell RT multiplex PCR after patch-clamp and was compared with the expression of 10 canonical interneurons markers and 12 additional genes from the Allen Atlas.
Clustering of these genes by K-means algorithm displays five distinct clusters. Among these 5 clusters, two fast spiking (FS) interneurons clusters expressing the calcium-binding protein Pvalb were identified, one co-expressing Pvalb with Sst (PV-Sst) and another co-expressing Pvalb with three metallopeptidases Adamts8, Adamts15 and Mme (PV-MP). By using Wisteria Floribunda agglutinin, a specific marker for PNN, PV-MP interneurons were found surrounded by PNN while the one expressing Sst, PV-Sst were not. Recent studies on animal models of schizophrenia indicated that FS-PV interneurons surrounded by PNN are protected against oxidative stress.
The present study may indicate that FS-PV interneurons expressing Sst are not protected by PNN and represent a distinct class of FS-PV highly susceptible to oxidative stress.

Selected publications

Cortical fast-spiking parvalbumin interneurons enwrapped in the perineuronal net express the metallopeptidases Adamts8, Adamts15 and Neprilysin J Rossier, A Bernard, J-H Cabungcal, Q Perrenoud, A Savoye1, T Gallopin, M Hawrylycz, M Cuénod, K Do, A Urban and Ed S Lein
Molecular Psychiatry (2014), 1–8

 

 

Scientific focus :

Jean Rossier est à l'Académie des Sciences, élu Associé étranger le 29 avril 2002
Section : Biologie humaine et sciences médicales

Découvertes de Jean Rossier
Découverte de plusieurs peptides opioïdes, des mécanismes de leur synthèse, de leur
rôle et de leur localisation dans des  systèmes neuronaux distincts.

Les bêta-carbolines, agonistes inverses des récepteurs Benzodiazepine-GABA, augmentent les performances d’animaux dans des tests d’apprentissage et de mémoire. Cette observation est à la base du développement par plusieurs groupes pharmaceutiques de  molécules promnésiques testées dans le traitement des déficits cognitifs des maladies  neurodégénératives  et dans les déficiences intellectuelles d’origine génétique

Découverte de deux nouvelles modifications post-traductionnelles des tubulines: la polyglutamylation et la polyglycylation.

Invention de la technique de RT-PCR après patch-clamp sur cellule unique: une méthode qui permet d’étudier la diversité cellulaire en mariant les méthodes de biologie moléculaire avec l’électrophysiologie.Découverte de nouvelles classes d’interneurones néocorticaux contrôlant l’activité des réseaux neuronaux et la perfusion vasculaire cérébrale

Andreas Frick / mailto:andreas.frick(a)inserm.fr

Bio Wiki

Jean Pierre Rossier, né à Bruxelles le 18 juin 1944 est un biologiste belge. Il était professeur de biologie à l'ESPCI ParisTech jusqu'en 2012, et il est membre de l'Académie des sciences depuis 2002.
Jean Rossier étudie la médecine à Bruxelles où il obtient son doctorat en 1969, avant d'effectuer un doctorat de biologie au Collège de France sous la direction de Jacques Glowinski. Il poursuit ses travaux de recherche à la Tufts Medical School de Boston et au Roche Institute dans le New Jersey sous la direction de Roger Guillemin. En 1994, Pierre-Gilles de Gennes décide d'introduire la biologie à l'École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris.

Jean Rossier est nommé professeur de l'école et prend la direction du laboratoire de Neurobiologie et Diversité Cellulaire où il développe des techniques de réaction en chaîne par polymérase et étudie des nouvelles classes d'interneurones néocorticaux. Jean Rossier est créateur d'une start-up de biotechnologie développant des puces à ADN, Genescore.