Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

Séminaire impromptu - Serge LUQUET"Dietary triglycerides act on mesolimbic structures to regulate the rewarding and motivational aspects of feeding"

Abstract :


Serge Luquet travaille dans l'Unité "Biologie Fonctionnelle & Adaptative" /Unit of Functional and Adaptive Biology (BFA)


Team C2OFFEE: Central COntrol oF Feeding behaviour and Energy Expenditure

Titre: "Dietary triglycerides act on mesolimbic structures to regulate the rewarding and motivational aspects of feeding"


Selected publications

1. Parnaudeau, S., Dongelmans, ML., Turiault, M., Ambroggi, F., Delbes, AS., Cansell, C., Luquet, S., Piazza, P. V., Tronche, F & Barik J. (2014). Glucocorticoid receptors in dopaminoceptive neurons facilitate the sensitizing and rewarding properties of amphetamine with no effect on responses to food reward. Front. Behav. Neurosci

2. Beranger, G., Pisani, F, D., Castel, J., Djedaini, M., Battaglia, S., Amiaud, J., Boukhechba, F., Ailhaud, G., Michiels, J F., Heymann, D., Luquet, S and Amri E,Z. (2014) . Oxytocin reverses ovariectomy-induced osteopenia and body fat gain. Accepted in Endocrinology

3. Picard, A, Rouch, C., Kassis, N., Moullé, S,M, Croizier, S., Denis, RG., Castel, J., Coant, N., Davis, K., Clegg, DJ., Benoit S C., Le Stunff, H, Luquet, S., Prévot, V., Bouret, S., Cruciani-Guglielmacci, C., Magnan, C. (2013) Hippocampal lipoprotein lipase regulates energy balance in rodents. Manuscrit accepté à Molecular Metabolism.

Scientific focus :

Dans nos sociétés modernes, l’abondance de nourriture riche en énergie et le mode vie sédentaire entraine un déséquilibre de la balance énergétique à l’origine du développement de l’obésité qui se Selon le World Health Organization (WHO) l’obésité au niveau mondiale a plus que doublé depuis 1980. En 2008, 1,5 millions d’adulte de 20 ans et plus sont en surpoids. L’obésité est aussi considérée en France comme une épidémie. Un rapport récent du SENAT pointe en particulier la progression dramatique de l’obésité en France et un « Plan Obésité « a été lancé en 2011 sous les plus hautes autorités. Selon le WHO, , la cause fondamentale de l’obésité provient d’un déséquilibre entre les calories consommées et dépensées. C’est un fait qu’à un niveau global la consommation de nourriture riche en graisse sucre et sel a augmenté tandis que l’activité physique a globalement diminué.

Chez l’animal adulte l’homéostasie énergétique est finement régulée. A titre d’exemple, tout au long de la vie la glycémie, le poids corporel et les réserves de graisses sont relativement stable grâce à l’équilibre entre les calories ingérées et dépensées. Afin de garantir cet équilibre des neurones de l’hypothalamus sensibles aux hormones (leptine, ghréline...) et aux nutriments (glucose, acide gras à chaine longue) sont capables d’évaluer les variations périphériques de glucose comme la disponibilité des stocks énergétiques ou le comportement alimentaire. Une dérégulation de ce système de régulation conduit à la mise en place de pathologies métaboliques comme l’obésité ou le diabète de type 2. Il est donc devenu indispensable de comprendre les mécanismes qui sous-tendent la régulation centrale de la balance énergétique L’approche de l’équipe COFEE s’appuie sur des outils moléculaires modernes ainsi que la génétique de la souris dans une approche intégrée visant à disséquer le rôle de circuits neuronaux dans la régulation de la balance énergétique. En particulier l’équipe au contrôle de la prise alimentaire dans sa composante hédonique et motivationnelle ainsi que la dépense énergétique et la partition des nutriments.  (site web du Groupe de Serge Luquet,suite...)