Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

Thérèse JAYStress, plasticité neuronale et maladies psychiatriques.

Abstract :


Notre groupe de recherche clinique et fondamentale examine la prévalence de certains facteurs (exposition au stress, remodelage pubertaire) dans l’évolution de la vulnérabilité à la maladie (psychoses, troubles de l’humeur, autres), en interaction avec le « background » génétique et l'influence des thérapeutiques.
Des anomalies de plasticité neuronale pourraient être l’un des facteurs contribuant au développement des maladies sensibles au stress (dépression, anxiété, schizophrénie, …) et ce aux différents stades de la vie. Un axe de recherche que nous développons chez l’animal est centré sur les anomalies de plasticité neuronale qui mettent en jeu des réseaux de neurones distribués dans le cortex préfrontal, l'hippocampe et l'amygdale. Nous avons récemment montré les effets délétères que peut induire le stress sur la plasticité et les fonctions des réseaux du cortex préfrontal chez l’animal et montré la possibilité de normaliser ces déficits par l’administration de certains psychotropes. L'étude des mécanismes qui sous-tendent ces effets délétères du stress nous a permis de mettre en évidence une diminution de la cascade de signalisation BDNF, MEK, MAPKinase et sa réversibilité par certains antidépresseurs. Nous avons également montré l’importance de la phosphorylation des récepteurs AMPA. L’ensemble de ces résultats démontrent des cibles communes entre plasticité synaptique, stress et antidépresseurs. Ces recherches contribuent à l'élaboration de nouveaux modèles et à de nouvelles stratégies pour le développement de thérapeutiques innovantes dans un partenariat recherche fondamentale, hôpital et industrie.

Selected publications

Neuropathological and Reelin deficiencies in the hippocampal formation of rats exposed to MAM; differences and similarities with schizophrenia.
Matricon J, Bellon A, Frieling H, Kebir O, Le Pen G, Beuvon F, Daumas-Duport C, Jay TM, Krebs MO. PLoS One. 2010 Apr 22;5(4):e10291.

One-carbon metabolism and schizophrenia: current challenges and future directions.Krebs MO, Bellon A, Mainguy G, Jay TM, Frieling H.
Trends Mol Med. 2009 Dec;15(12):562-70. Epub 2009 Nov 5.

Scientific focus :

Thérèse Jay est directrice de recherche à l’INSERM et responsable de l’équipe “Physiopathologie des Maladies Psychiatriques” au centre de Psychiatrie et Neuro¬sciences à l’hôpital Sainte Anne (U894). Après une formation postdoctorale de 3 années en imagerie cérébrale au NIH (Bethesda, USA), elle s’oriente vers une approche intégrée du SNC orientée vers les réseaux du cortex préfrontal qu’elle identifie sur le plan anatomique, électrophysiologique, pharmacologique. Des le début des années 2000, elle réalise la pertinence de ses travaux dans la modélisation animale en psychiatrie et sa nécessité pour analyser la physiopathologie. Elle atteint son objectif en rejoignant l’Unité INSERM U796 dirigée par Le Prof MO Krebs à l’Hopital Sainte Anne où elle dirige l’équipe Plasticité Neuronale et troubles Psychiatriques. Aujourd’hui, elle co-dirige avec MO Krebs le laboratoire de « Physiopathologie des Maladies Psychiatriques » qui comprends 40 personne (Cliniciens et chercheurs) et développe un programme de recherche qui se situe dans une démarche translationnelle du malade vers la paillasse et inversement de la paillasse vers le malade.

Jean-Rémy Pape