Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

Philippe Faure"Rôle des récepteurs nicotiniques sur la physiologie des neurones dopaminergiques"

Abstract :


Les neurones dopaminergiques sont aujourd’hui au coeur d’un nombre important de théories, qui les impliquent entre autres dans les apprentissages par renforcement, dans la gestion des motivations, la détection de la nouveauté et dans les comportements addictifs. La compréhension des mécanismes qui déterminent la libération de dopamine est donc essentielle. Le système nicotinique est l'un des éléments qui participent à la régulation de ce système, avec une action modulatrice importante au niveau du striatum et de la libération de dopamine mais aussi au niveau du soma de ces neurones. Les noyaux dopaminergiques sont en effet particulièrement riches en récepteurs nicotiniques. Ils ont été mis en évidence sur les somas et les terminaisons axonales des neurones dopaminergiques de l’aire tegmentale ventrale, sur les somas des interneurones GABAergiques et sur les terminaisons presynaptiques de nombreuses afférences. Le rôle de ces récepteurs a principalement été envisagé dans le cadre d'étude des aspects renforçants de la nicotine. L’identification des compositions des différents récepteurs impliqués dans ces aspects renforçants a ainsi pu être réalisé en partie grâce à l’utilisation de souris mutantes, une approche aujourd’hui renforcée par l’utilisation de lentivirus permettant une re-expression locale des sous-unités chez ces souris mutantes. Cette nouvelle méthode permet de mieux définir le rôle d’un type de sous-unité. Néanmoins, malgré l'importance de la modulation cholinergique et en particulier nicotinique, le rôle de ces récepteurs dans la modulation de l'activité des neurones dopaminergiques par l'acetylcholine endogène au cours de comportements naturels et dans l'addiction n'a été que très peu étudié. Au cours de cet exposé, je détaillerai le rôle des sous-unités dans la décharge spontanée des neurones dopaminergiques, dans la réponse aiguë à une injection de nicotine et pendant une exposition chronique. J'insisterai particulièrement sur le rôle respectif des sous-unités a7 et ß2. Ces études électrophysiologiques seront mises en parallèle avec des études comportementales et en particulier l'architecture des déplacements dans un environnement nouveau. Nos résultats suggèrent un rôle complémentaire des deux sous-unités dans les réponses à court et à long terme à la nicotine. Ils mettent de plus en évidence le rôle important de la modulation cholinergique des systèmes dopaminergiques dans l'exploration et les alternances entre comportements.

Selected publications

Besson Morgane, Granon Sylvie, Mameli-Engvall Monica, Cloëz-Tayarani Isabelle, Maubourguet Nicolas, Cormier Anne, Cazala Pierre, David Vincent, Changeux Jean-Pierre, Faure Philippe Long-term effects of chronic nicotine exposure on brain nicotinic receptors. Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A. (2007) vol. 104 (19) pp. 8155-60
Mameli-Engvall Monica, Evrard Alexis, Pons Stéphanie, Maskos Uwe, Svensson Torgny H, Changeux Jean-Pierre, Faure Philippe Hierarchical control of dopamine neuron-firing patterns by nicotinic receptors. Neuron (2006) vol. 50 (6) pp. 911-21

Christophe Mulle