Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

IMAGERIE DANS LE DOMAINE DES NEUROSCIENCES

Abstract :


avec le concours des sociétés GE-Healthcare, Covidien, Phillips et IBA.


Neuro-imagerie chez l’homme

9h30 – 10h00 Stéphane LEHERICY – Centre de NeuroImagerie de Recherche – CENIR,
Hôpital Pitié-Salpêtrière.
"Imagerie de diffusion et tractographie en neurosciences et dans l'exploration des pathologies cérébrales"

10h10 – 10h40 Jean François DEMONET – INSERM U. 825, Toulouse.
"Physiologie du langage: apports et limites de la neuroimagerie »

11h00 – 11h20 Pause

11h20 – 11h40 Isabelle HESLING – Bordeaux CNRS-UMR 5231
"Mécanismes d'intégration de la la langue seconde : influence de sa maitrise".

11H50 – 12h10 Mélissa BONNET – Bordeaux EA 2966
"Dynamique des réseaux neuronaux dans la SEP"

12h20 – 12h40 Jean Yves ROTGE – Bordeaux CNRS-UMR 5227
"Rôle des boucles fronto-sous-corticales dans le trouble obsessionnel-compulsif"

BUFFET - Hall Magendie

Neuro-imagerie chez le petit animal

14h30 – 15h00 Sylvie CHALON – INSERM U.930, Tours
« Imagerie moléculaire scintigraphique chez le petit animal: intérêts et applications en neurobiologie ».

15H10 - 15H30 : Thomas TOURDIAS – Bordeaux EA 2966 Laboratoire de Neurobiologie des Affections de la Myéline et CHU Service de Neuroradiologie
"Evolution spatio temporelle de l'expression des aquaporines 4 sur modèle d'oedème vasogénique monitoré par IRM »

15h40 – 16H00 Emeline RIBOT – Bordeaux UMR-CNRS 5236
"Apport de l'IRM dans l'étude des gliomes chez le petit animal"

16h00 – 16h30 Philippe HANTRAYE – Fontenay, URA2210
"Apport de l’imagerie anatomo-fonctionnelle et de la SRM dans le suivi lésionnel et thérapeutique des maladiesneurodégénératives : applications pré-cliniques."

16h45 Clôture.

Contact : Michèle Allard et Vincent Dousset
(michele.allard(a)chu-bordeaux.fr) et (vincent.dousset(a)chu-bordeaux.fr)





Vincent Dousset Michèle Allard et Vincent Dousset, les raisons de cette journée scientifique de Neuroimagerie à Bordeaux ?

Plusieurs équipes de recherche en neurosciences de l’INB développent une approche de neuro-imagerie pour investiguer et comprendre le cerveau. Le foisonnement et le succès des recherches internationales faisant appel à la neuro-imagerie méritent de mieux les faire connaître au sein de la communauté des neurosciences bordelaise. C’est pourquoi nous avons organisé cette journée scientifique de l’INB, avec la participation à la fois de chercheurs dont les travaux sont reconnus de longue date, et de jeunes chercheurs des équipes Bordelaises.

Est ce que la neuroimagerie peut localiser des pathologies comme on peut localiser des tâches de syntaxe ou de production de mots ?
Si le paradigme des lésions cérébrales a largement contribué à la connaissance de l’organisation fonctionnelle du cerveau, c’est avec la neuro-imagerie que l’on a pu étudier et mieux comprendre le fonctionnement cérébral avec une approche intégrée dans ses composantes anatomiques et fonctionnelles. La fenêtre ainsi ouverte sur le cerveau donne l’accès à la dynamique des réseaux neuronaux en condition physiologique, à leur altération et leur adaptation aux décours de processus pathologiques et de prise en charge thérapeutique. Il ne s’agit donc pas de localiser une pathologie, mais d’identifier le substratum anatomo-fonctionnel de pathologies, au sein de réseaux distribués et interconnectés dans le système nerveux central.

Quelles sont les applications pratiques de la neuroimagerie ?
L’évolution rapide des techniques de neuro-imagerie, chez l’animal et chez l’homme, en fait un « outil » de tout premier plan, non seulement dans le domaine des neurosciences fondamentales, en particulier en sciences cognitives, mais également en clinique humaine, pour la compréhension des mécanismes physiopathologiques des maladies neurologiques et psychiatriques. La recherche translationnelle en thérapeutique permet de plus en plus de proposer des thérapeutiques ciblées à des groupes de patients déterminés comme répondeurs et de suivre leur efficacité.