Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

Nadine Clerc"Les canaux sodium du système nerveux entérique : un répertoire unique"

Abstract :


Les canaux sodium du système nerveux entérique : un répertoire unique.

A ce jour, dix isoformes de la sous unité Nav1, principale sous unité des canaux Na+ dépendants du voltage ont été identifiés. Ces isoformes sont déterminants dans la phase de dépolarisation du potentiel d’action et/ou dans l’excitabilité neuronale. Les différences biophysiques apparemment subtiles que présentent ces isoformes ont un impact fonctionnel important. Jusqu’en 2003 l’identité des sous unité Nav1 des neurones du système nerveux entérique était indéterminée. Pourtant, ce système constitue un réseau neuronal formé de neurones sensoriels, d’interneurones et de motoneurones, dont l’ensemble est numériquement aussi important que les neurones de la moelle épinière. Inclus dans la paroi du tube digestif, il assure de manière autonome des réflexes moteurs, sécrétoires et vaso-moteurs, tous de nature vitale. Depuis, nous avons établi que, chez le cobaye, les neurones sensoriels de ce réseau expriment un courant Na+ persistant, avec des cinétiques lentes d’activation et d’inactivation. Ce courant lent, résistant à la tetrodotoxine (TTX) est porté par la sous-unité Nav1.9 exprimée sélectivement dans les neurones sensoriels. Ces neurones reçoivent des entrées synaptiques dont la stimulation entraine la libération volumique de neurokines. Nous montrons que l’activation des récepteurs NK3 aux neurokinines module amplement le courant Nav1.9 des neurones sensoriels entériques et que cette modulation se traduit par une forte augmentation d’excitabilité.
L’identification des sous unités Nav1 sensibles à la TTX vient d’être achevée (chez le cobaye). Seules les sous unité Nav1.3 et Nav1.7 ont été détectées, Nav1.7 apparaissant comme ubiquitaire alors que Nav1.3 n’est présent que dans ~60% des neurones. Le répertoire Nav1.3/ Nav1.7 est remarquable sur le plan fonctionnel car, parmi les sous unités Nav1 sensibles à la TTX, ces 2 sous unités sont celles qui présentent les développements d’inactivation les plus lents. De ce fait, les neurones qui expriment ces sous unités peuvent générer des potentiels d’action en réponse à des «inputs» lents incapables de produire des réponses régénératives dans des neurones qui exprimeraient Nav1.2 ou Nav1.1 par exemple. Le répertoire Nav1.3/Nav1.7 et Nav1.9 identifié dans le système nerveux entérique est étonnamment adapté au fait que tous types de neurones de ce système reçoivent des PPSE lents. 

Selected publications

Padilla F, Couble ML, Coste B, Maingret F, Clerc N, Crest M, Ritter AM, Magloire H, Delmas P.
Expression and localization of the Nav1.9 sodium channel in enteric neurons and in trigeminal sensory endings: Implication for intestinal reflex function and orofacial pain.
Mol Cell Neurosci. 2007 May;35(1):138-52.
The distribution of PKC isoforms in enteric neurons, muscle and interstitial cells of the human intestine.
Furness JB, Hind AJ, Ngui K, Robbins HL, Clerc N, Merrot T, Tjandra JJ, Poole DP.
Histochem Cell Biol. 2006 Nov ;126(5):537-48

Jean Pierre Mothet