Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

Vincent Prévot"Interactions neuro-glio-endothéliales et contrôle neuroendocrinien de la sécrétion de GnRH".

Abstract :


Il devient de plus en plus évident que des cellules autres que les neurones, comme les cellules gliales et endothéliales, interviennent de manière dynamique dans la signalisation en modulant la synthèse et la dissémination d'informations dans le cerveau.
Dans l'hypothalamus, les neurones sécréteurs de gonadotropin-releasing hormone (GnRH) offrent un modèle attractif pour étudier, d'une part les interactions neuro-glio-endothéliales et d'autre part l'influence des hormones stéroïdes sur ces interactions.
La GnRH est le neuropeptide qui contrôle à la fois la maturation sexuelle et les fonctions de reproduction chez l'adulte. Pendant le cycle de reproduction, la libération de GnRH dans le système porte hypophysaire est modulée par des modifications anatomiques à la jonction entre les neurones à GnRH et les prolongements des cellules gliales de l'éminence médiane de l'hypothalamus. Cette plasticité, tout comme l'activité sécrétoire de la GnRH semblent modulées, au moins en partie, par des molécules de signalisation spécifiques sécrétées par les cellules gliales et endothéliales. Un nombre croissant d'arguments suggère que, parmi les différents facteurs susceptibles d'être impliqués, les cellules gliales utilisent des facteurs de croissance de la famille des EGF qui agissent via des récepteurs à activité tyrosine kinase pour établir cette modulation, alors que les cellules endothéliales de l'éminence médiane utilisent l'oxyde nitrique pour faciliter la libération de GnRH.