Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

L'histoire des Neurosciences à Bordeaux

Des pionniers jusqu'à la Fédération "Bordeaux Neurocampus". Un texte de Michel Le Moal.

Pourquoi les Neurosciences se sont-elles tant développées à Bordeaux ? Depuis les maîtres fondateurs au début du XIX siècle jusqu'aux neurosciences contemporaines on s'apercoit dans le récit publié ci dessous, tiré du Bullettin de l'Académie de Médecine de 2008, que Bordeaux est véritablement un terreau où il y a toujours eu une recherche clinique expérimentale de qualité . Ce texte principalement rédigé par Michel Le Moal, à qui l'on doit la construction de l'Institut François Magendie de neurosciences en 1995 ainsi que la création du 1er Institut Fédératif de Recherche neurosciences en France, nous détaille par le menu comment ces pionniers bordelais furent les acteurs de la transmission d'une culture des sciences du cerveau . *Auteurs: Michel Le Moal (1) avec le concours de Jacques Battin (2), Bernard Bioulac (2) , Marc-Louis Bourgeois (2), Patrick Henry (2), Claude Vital(2) et Jean-Didier Vincent (3)
« L'art va d'emblée à l'absolu, d'un coup d'aile, la science, elle, se rature sans cesse, chaque savant montant sur les épaules de celui qui le précède ». Victor Hugo

LES MAITRES FONDATEURS : XIXe SIECLE

Dans l'imaginaire académique bordelais, il y a toujours une place pour deux enfants du pays qui firent carrière à Paris. En premier lieu, il y a François Magendie (né à Bordeaux, Gironde  1783-1855), professeur au Collège de France et mentor de Claude Bernard, expérimentaliste de talent, neurophysiologiste et inspirateur de ce qui va devenir avec son successeur la médecine expérimentale. Le premier, il distinguera le rôle moteur des racines antérieures et le rôle sensitif des racines postérieures ; il découvrira aussi la circulation du liquide céphalo-rachidien. C'est à ces titres que l'Institut INSERM de neurosciences de Bordeaux avait décidé de lui donner son nom. En second lieu, il faut citer Paul Broca (Sainte-Foy-la-Grande, Gironde, 1824-1880), clinicien et chercheur de génie, grand neurologue, chirurgien hors du commun et neuroanatomiste révolutionnaire. Il bouleversera les idées acquises dans le diagnostic histologique des tumeurs (voir son Traité des tumeurs), et sera le créateur de la neuropsychologie, en 1861, date fondatrice pour les sciences du cerveau par la découverte d'un centre cortical du langage et la description de l'aphasie motrice. Sa description du « grand lobe limbique » qui porte son nom contribuera à jeter les bases d'une neuropsychologie des émotions. Il fondera l'école anthropologique de Paris.
L'Ecole de Médecine de Bordeaux, devenue Faculté en 1878, a accueilli au cours du XIXe siècle plusieurs grands cliniciens qui ouvrirent la voie des recherches sur le cerveau. Le directeur de l'Ecole de Médecine Elie Gintrac (1791-1877), professeur de Clinique interne, remporte en 1843 le prix de l'Académie Royale de Médecine pour son mémoire « De l'influence de l'hérédité sur la production de la surexcitation nerveuse, sur les maladies qui en résultent et les moyens de les guérir ». Neuropsychiatre avant la lettre, il étudie avec les connaissances de l'époque si peu développées au plan biologique, des affections aussi variées que les névralgies, les chorées, l'épilepsie, la manie, l'hystérie ou l'hypocondrie.

Plus tard, Eugène Azam (1822-1899), correspondant de l'Académie de Médecine en 1880, bien que professeur de clinique chirurgicale (1869), s'intéressera pendant plusieurs décennies aux maladies mentales. Membre de la Société Médico-Psychologique en 1857, il occupe une place considérable dans l'histoire de la psychopathologie dynamique où il fait figure de pionnier. Il introduit l'hypnose en France à partir de l'œuvre de Braid (1841) tombée dans l'oubli pour l'appliquer à une malade psychiatrique, Félida, observée pendant 32 ans, connue de tous les milieux scientifiques et qui fut en son temps aussi célèbre en France que le sont encore maintenant certaines malades de Freud (Anna O., Dora, etc.).
Les études d'E. Azam sur le magnétisme et l'hypnotisme ont ouvert une voie dans laquelle devaient s'engager Charcot et ses disciples. Ses recherches sur les phénomènes de l'hypnotisme et des personnalités multiples marquèrent profondément Taine et Ribot. P. Janet a prétendu que les observations d'E. Azam fournirent les meilleurs arguments utilisés en France par les psychologues et psychopathologistes positivistes, auxquels E. Azam consacre un livre préfacé par Charcot, contre les écoles de psychologie philosophique dogmatique (Victor Cousin). En 1907, Janet écrit « Sans Félida, on n'aurait sans doute pas créé une chaire de Psychologie au Collège de France » ; cette chaire de « Psychologie Expérimentale » fut occupée par T. Ribot. Félida présentait, outre diverses manifestations considérées comme hystériques, une « double conscience ou double personnalité ».

Freud également rendra hommage, en 1912, à Azam et à ses observations de « double conscience » ou comme il préférera le formuler, de « cette forme de migration de la conscience qui oscille en alternance entre deux complexes psychiques différents, conscients et inconscients ». A la recherche de concepts physiopathologiques, Azam proposera en 1870 que Félida vivait, tantôt avec le cerveau tout entier, tantôt avec un hémisphère incomplet, le droit, où manque la faculté de mémoire ; plus tard, en 1978, il suggérera le concept de mémoire disséminée dans les différentes parties du cerveau. Ces réflexions avaient des connotations étrangement modernes. Ses publications aux titres évocateurs furent nombreuses et remarquées, dont : « Sur un fait de double conscience, 1879 ; double conscience, état actuel de Félida, 1883 ; hypnotisme, double conscience, 1887 ; le caractère dans la santé et dans la maladie, 1887 ; entre la raison et la folie des toqués, 1891 ». Elles inspirèrent plusieurs générations de neuropsychiatres.
La seconde moitié du XIXe siècle est marquée par deux maîtres exceptionnels qui vont consacrer l'école bordelaise de neuropsychiatrie : Pitres et Régis.

Albert Pitres (1848-1928), interne de Bordeaux chez Elie Gintrac, puis de Paris en 1872, va travailler dans les laboratoires du physiologiste J. Marey et de l'histologiste Ranvier au Collège de France. Il devient un proche collaborateur et l'ami de J.M. Charcot à la Salpêtrière, où se trouvent alors Babinski, Gilles de la Tourette, et Pierre Marie ; le jeune Freud viendra plus tard. Pitres et Charcot poursuivront l'étude des localisations cérébrales, initiée par Broca, notamment par des coupes sériées du cerveau, dites coupes de Pitres. Sa thèse, en 1877, sera consacrée aux lésions du centre ovale. Devenu agrégé de médecine, il revient à Bordeaux en 1878. Il y devient professeur d'anatomie générale et d'histologie, puis en 1880 professeur de clinique interne. Les deux tomes de son ouvrage « Leçons cliniques sur l'hystérie et l'hypnotisme » (Doin, 1891) ont été célèbres, comme l'ont été ses publications sur l'aphasie amnésique. Son œuvre est essentiellement neurologique : à partir de l'étude anatomo-clinique de 108 patients, il publia avec Charcot de nombreuses études sur les localisations motrices dans l'écorce des hémisphères cérébraux dont « les centres moteurs corticaux chez l'homme », (1895), « les localisations fonctionnelles de la capsule interne » puis « les ostéopathies du tabès » avec Jean Abadie, « l'épilepsie » (chez Vigot en 1913), « les polynévrites », « les membres fantômes des amputés », et « les obsessions et les impulsions » avec Régis, chez Doin, (1912).
Ses travaux sur les défauts du langage oral et écrit, dont l'agraphie motrice pure (1884) et l'aphasie des polyglottes (1895), en font un référent en aphasiologie, et sont encore cités dans les revues anglo-saxonnes comme exemples de ces mémoires partielles, modulaires, dirait-on aujourd'hui car ayant des localisations cérébrales spécifiques. Il était un chef d'Ecole admiré et aimé. Il fut doyen pendant vingt ans et un remarquable organisateur. Pitres était correspondant de l'Académie des Sciences Morales et Politiques et associé de l'Académie de Médecine depuis 1898 (fig.1).

Emmanuel Régis (1855-1918) peut être considéré comme l'autre fondateur de l'école neuropsychiatrique bordelaise (fig. 2). Il commence ses études à Paris, où il est interne, puis chef de clinique de Benjamin Ball à Sainte Anne dans la première chaire de psychiatrie créée en France. Il consacre sa thèse à la « folie à deux », décrite par J. Falret en 1877. Il vient à Bordeaux en 1882 et à la demande de Pitres débute un cours de médecine mentale qui sera officialisé en 1893. Il sera nommé Professeur en 1905, puis titulaire de la chaire de clinique des maladies mentales en 1913. Son « Manuel pratique de médecine mentale » (1885) deviendra au fil des éditions successives le volumineux « Précis de Psychiatrie » et pendant trente ans l'ouvrage de référence pour la psychiatrie en France. Son œuvre psychiatrique est très importante et diversifiée. Ses connaissances et champs d'intérêts étaient vastes. Régis s'est attaché à démontrer l'étiologie syphilitique de la paralysie générale. Adoptant le modèle kraepelinien de la psychose maniaco-dépressive, il défend une conception exclusivement bipolaire. Il étudie les mécanismes de ce que l'on appelait alors la démence précoce. En 1894, il proposera le terme d'onirisme pour rendre compte des états hallucinatoires aigus, dont la confusion mentale. Il participera à la première mise en place de classes spéciales pour enfants retardés ou anormaux. Il fut à la fois ouvert et réservé à l'égard de la doctrine freudienne.
Les premières conférences et les premiers articles sur la psychanalyse en France sont dus à Régis et Hesnard (1913). Il était considéré, au début du 20e siècle, comme le plus grand spécialiste français de « psychologie morbide » et de « psychologie criminologique ». Il ouvrit le premier service de psychiatrie à l'Hôpital Saint-André, en 1902, avec deux pavillons. Il sut en effet intégrer la psychiatrie à la médecine en montrant que des altérations de la raison pouvaient succéder à des accidents, des intoxications, des infections et en insistant sur le fait que la psychiatrie ne se résumait pas à la pathologie asilaire. Ces leçons furent bien retenues par l'un de ses successeurs, Paul Delmas-Marsalet. Sa notoriété fut immense. Egas Moniz, futur Prix Nobel de Médecine pour l'artériographie cérébrale et la lobotomie préfrontale, était son visiteur régulier et ami. Ses leçons de psychiatrie, très courues, attiraient médecins, magistrats, avocats, philosophes et personnalités cultivées. Ainsi Saint-John Perse, étudiant en droit, et Victor Segalen, qui allait devenir Médecin de la Marine, ont assisté à ses cours. Ce dernier, externe dans son service, consacra sa thèse aux manifestations psychiatriques décrites dans la littérature. E. Régis était correspondant de l'Académie Nationale de Médecine.

LE XXe SIECLE : NEUROPSYCHIATRIE ET SCIENCES DU CERVEAU
Les précurseurs

Jean Abadie (1873-1946) fut l'agrégé de Pitres et titulaire de la chaire de clinique des maladies mentales à partir de 1919. Il fut, selon Jean Lhermitte qui prononça son éloge à l'Académie de médecine, l'un des plus brillants et illustres représentants de la neurologie française, dont la carrière fut toute dévouée à la recherche clinique. Il était soucieux de préciser le diagnostic topographique d'une lésion comme de définir quelque anomalie mentale ou quelque aberration de l'esprit. Dans la tradition de ses précurseurs, il s'attachera à ne jamais dissocier la neuropsychiatrie de la médecine interne et de la pensée médicale. Il poursuivit l'étude des localisations cérébrales et en particulier la systématisation de la capsule interne, il travailla sur les arthropathies tabétiques, la sclérose en plaque, la poliomyélite, les hémorragies méningées, l'encéphalite endémique. Il étudia la réflectivité cutanée et les troubles de la sensibilité. Après la période de l'hystérie, qui concernait surtout les femmes, il s'intéressa aux constitutions mentales et en particulier à l'hypocondrie qui concerne surtout les hommes. Son apport majeur fut de fonder l'épileptologie en clarifiant la clinique et l'étiologie, en soulignant l'importance des traumatismes obstétricaux, des confusions crânio-cérébrales de l'enfant, de l'alcoolisme et de la syphilis parentale. Il sera suivi en cela, plus tard, par P. Loiseau. Il était correspondant de l'Académie Nationale de Médecine.
Enfin, en transition avec le XXe siècle, nous voudrions rappeler l'apport de deux autres grands noms de la neurologie bordelaise : Henri Verger et René Cruchet.

Henri Verger (1873-1930) avait été chef de clinique chez Albert Pitres. Il devint agrégé de médecine interne et de médecine légale, puis professeur de clinique médicale. Il laisse le souvenir d'un maître en neurologie par ses travaux de recherches expérimentales et cliniques sur les hémianesthésies, sur le syndrome pariétal, les stéréoagnosies des polynévrites (avec J. Abadie), les névralgies (avec A. Pitres), dont l'observation princeps de 1909 avec une alcoolisation pour névralgie faciale.

Avec René Cruchet, il étudia les séquelles parkinsoniennes de l'encéphalite, dont le syndrome bradykinétique, et l'origine nucléaire de la paralysie faciale a frigore. Il fut l'auteur d'un Précis des maladies du système nerveux.
René Cruchet (1875-1959) fut titulaire de la chaire de Pathologie et Thérapeutique (fig. 3) puis en 1923 de la Clinique Médicale des maladies des Enfants. Il laissera son nom à l'encéphalite épidémique « l'encéphalomyélite diffuse aux formes cliniques polymorphes », qu'il décrit dans les armées durant la première guerre mondiale.
Von Economo faisait de même dans les armées allemandes (l'encéphalite léthargique), d'où le nom consacré de maladie d'Economo-Cruchet. Malgré sa disparition vers 1925, cette maladie suscita des intérêts passionnés, des travaux innombrables et marqua la neurologie en raison de ses manifestations retardées, bouleversant de nombreux chapitres de la neurologie et de la psychiatrie, des syndromes rares devenant plus fréquents, d'autres réputés pithiatiques acquérant une organicité. R. Cruchet s'était déjà rendu célèbre par son « Traité des Torticolis spasmodiques » de 1907.
Avec H. Verger et avec la collaboration de D. Anglade et A. Hesnard, alors professeur à l'Ecole de Médecine Navale, il publie « Les états parkinsoniens et le syndrome bradykinétique », séquelles de l'épidémie (Baillière, 1925) qui fera date, avec son article dans le Lancet de la même année. Il publiera un Manuel de Neurologie en 1945. Il faut noter qu'à sa retraite, il publie en 1943 « De la méthode en médecine » d'après sa thèse de Doctorat ès Lettres, soutenue cette même année ; une seconde édition sera publiée aux PUF en 1951.

Une synthèse clinique et scientifique : l'influence considérable de Paul Delmas-Marsalet (1898-1977)
Interne en 1922, puis chef de clinique d'Henri Verger, il est aussi préparateur dans le laboratoire de Victor Pachon (1867-1939, qui fit sa thèse sur le rôle du cerveau dans la respiration) et passe en 1925 une thèse fort remarquée sur« les fonctions motrices du noyau caudé chez le chien ». Il mena pendant plusieurs décennies une carrière de neuropsychiatre clinicien et d'expérimentateur du système nerveux. En 1941 il succède à son maître Jean Abadie et devient professeur de clinique des maladies nerveuses et mentales. Il est couramment rapporté que telle était sa culture médicale et scientifique qu'il aurait pu concourir à pratiquement toutes les agrégations.

Paul Delmas-Marsalet a passé sa vie à expérimenter, à rechercher, à tester des hypothèses, toujours à la charnière entre le fondamental et la clinique, au meilleur sens d'une tradition française de médecine expérimentale. En 1935, toujours en avance, il publie dans la Revue Neurologique une mise au point qui devient un classique : « Essais de chirurgie physiologique dans le parkinsonisme » ; dans les années 1960 il rédige deux ouvrages de référence : un précis de Neurophysiologie et un précis de Neurologie. Ses leçons cliniques attiraient les foules, à la manière d'un H. Bergson au Collège de France, dont il était d'ailleurs intellectuellement proche. Servi par un don oratoire rare et doté d'un charisme exceptionnel, il envoûtait et savait replacer les faits cliniques les plus complexes, psychiatrique ou neurologique, dans des perspectives scientifiques et culturelles plus vastes.
De ses expériences nord-américaines il revint conforté dans sa vision d'une neuropsychiatrie académique intégrée. Il conçut, et réalisa selon ses plans et sur le mode de certains instituts américains, un hôpital neuropsychiatrique, le Centre Jean Abadie, inauguré en 1956. Les collectivités locales et territoriales présidées par Jacques Chaban-Delmas en avaient assuré le financement. Cet hôpital, d'un concept nouveau, fut le premier du genre construit en France. Bâti sur quatre étages, il regroupait les services de Neurologie, Neurochirurgie, Psychiatrie, tous les laboratoires spécialisés au rez-de-chaussée et… au sous-sol des laboratoires de recherche avec animalerie.

La cohabitation de ces dernières avec le système de soin s'avéra en pratique impossible. Paul Delmas-Marsalet supervisait deux services de Psychiatrie, celui des femmes dirigé par Michel Bergouignan, celui des hommes dirigé par Marc Blanc et un service de neurologie dirigé par Louis Arné et Jean Julien. Très à l'aise, simple et direct dans les rapports humains (il vouait une véritable dévotion pour Saint Vincent de Paul, aumônier des galériens, lui aussi né à Dax), il recevait et conseillait les jeunes étudiants, sans barrière hiérarchique, dans des entretiens où l'heure ne comptait plus. Il a ainsi marqué plusieurs générations, suscité et guidé des vocations fort diverses, reflets de ses multiples intérêts. Il était très marqué par les idées de Hughlings Jackson qui ont inspiré grand nombre de chercheurs et de neuropsychiatres, et en France Henri Ey et Jean Rouart avec l'organodynamisme.

Paul Delmas-Marsalet avait beaucoup observé les effets de la sismothérapie. Il avait inventé, entre mille choses, un appareil à électrochoc et conçu la théorie de la dissolution-reconstruction qu'il publia dans un ouvrage de 1943, proche également des travaux de Kurt Goldstein. Georges Canguilhem, dans « Le normal et le pathologique, édition 1966, p. 125 », interprétant les écrits et la pensée de P. Delmas-Marsalet note : « Ce sont encore les idées de Jackson qui ont guidé Delmas-Marsalet dans l'interprétation des résultats obtenus en thérapeutique neuropsychiatrique par l'emploi de l'électrochoc. Mais non content de distinguer avec Jackson des troubles négatifs par déficit et des troubles positifs par libération des parties restantes, Delmas-Marsalet, comme Ey et Rouart, insiste sur ce que la maladie fait apparaître d'anormal, c'est-à-dire exactement de nouveau.
Dans un cerveau soumis à des effets toxiques, traumatiques, infectieux, des modifications consistant en liaisons nouvelles de territoire à territoire, en orientations dynamiques différentes, peuvent apparaître. Un tout cellulaire, quantitativement inchangé, est capable d'un agencement nouveau, de liaisons différentes de « type isomérique », comme en chimie des isomères sont des composés à formule globale identique, mais dont certaines chaînes sont autrement placées par rapport à un noyau commun.
Du point de vue thérapeutique, on doit admettre que le coma, obtenu par électrochoc, permet, après une dissolution des fonctions neuropsychiques, une reconstruction qui n'est pas nécessairement la réapparition inversée des étapes de la dissolution préalable. La guérison peut s'interpréter aussi bien comme une mutation d'un agencement en un autre que comme une restitution de l'état initial. Si l'on indique ces conceptions toutes récentes, c'est pour montrer à quel point l'idée que le pathologique ne se déduit pas linéairement du normal, tend à s'imposer.
Tel qui répugnerait au langage et à la manière de Goldstein, acquiescera aux conclusions de Delmas-Marsalet, en raison précisément de ce que nous considérons personnellement comme leur faiblesse, savoir le vocabulaire et les images d'atomisme psychologique (édifice, moellons, agencements, architecture, etc.) qu'elles utilisent pour se formuler. Mais, en dépit du langage, la probité clinique établit des faits qui valent d'être retenus ».

Paul Delmas-Marsalet a laissé une œuvre neurologique, psychiatrique, neurophysiologique considérable. Outre les collaborateurs directs mentionnés ci-dessus, une pléiade de jeunes qui auront travaillé avec lui, ou l'auront rencontré, (M. Bourgeois, P. Henry, Cl. Vital, J.D. Vincent, le futur pédiatre J. Battin ; et M. Le Moal) en sortiront marqués. Paul Delmas-Marsalet fut ce passeur vers les neurosciences cliniques et expérimentales modernes (fig. 4), un lien et un précurseur, un visionnaire, à partir de qui nous avons tous, tout naturellement, fait naître à Bordeaux cette nouvelle science qui se constituait aux Etats-Unis. Il était Membre correspondant de l'Académie de Médecine.

NAISSANCE DES NEUROSCIENCES MODERNES
Les neurosciences cliniques

Michel Bergouignan (1907-1970) allait lui aussi honorer cette chaire de neuropsychiatrie si prestigieuse par la succession des illustres maîtres qui l'avaient dirigée depuis le début du XIXe siècle. Ses collègues, pour beaucoup élèves de Paul Delmas-Marsalet, ses collaborateurs et ses élèves vont constituer un faisceau de compétences, à une époque où la neurologie et la psychiatrie allaient se séparer et où l'explosion des techniques et des savoirs allait morceler la discipline en champs plus spécialisés. M. Bergouignan fut chef de clinique de Jean Abadie, agrégé de médecine en 1946, professeur à titre personnel en 1962, et le successeur de Paul Delmas-Marsalet pour une année seulement. Michel Bergouignan, à la personnalité forte, discrète et attachante, disparu trop tôt, peut être considéré comme le dernier de la lignée des grands neuropsychiatres bordelais (fig. 5).

Ses travaux ont couvert un champ immense, non seulement de la neurologie et de la psychiatrie à la médecine interne, mais aussi à la psychologie médicale et générale. Il enseignait que le psychiatre devait être celui qui, dans sa compréhension de l'homme malade, devait veiller à tenir en main les deux bouts de la chaîne, des déterminants « organiques » aux déterminants « psychologiques ». Son enseignement de psychologie médicale montrait sa connaissance profonde des penseurs comme H. Bergson et M. Merleau-Ponty et des auteurs allemands qu'il pouvait lire dans le texte (E. Husserl, K. Goldstein). Très vite, il introduisit les concepts et méthodes valorisant la relation médecin-malade, les approches psychosomatiques, la dynamique des groupes Balint, les techniques de relaxation.

Promoteur des progrès de la psychopharmacologie naissante et de la neurochimie, il tenait néanmoins comme indispensables les approches psychothérapeutiques et était ouvert aux méthodes inspirées de la phénoménologie, voire de la psychanalyse, dont il décelait néanmoins le « totalitarisme excessif ». Il fut l'un des premiers en France à promouvoir les psychothérapies cognitivo-comportementales. Il fut aussi le premier à préconiser l'utilisation d'un antiépileptique (la diphénylhydantoïne) dans les névralgies faciales. Ses travaux ont marqué des sujets, tels que les amyotrophies spinales de Kugelberg-Welander, les méningites carcinomateuses, l'encéphalite herpétique, les migraines. Il sut orienter et soutenir ses élèves dans des voies spécifiques et nouvelles.
Marc Blanc (1915-1996), agrégé en 1955, philosophe d'origine, deviendra professeur de psychiatrie. Il restera toute sa carrière très proche des sciences humaines et de la phénoménologie qu'il diffusa par son enseignement. Louis Arné (1919-2006), agrégé en 1974, a su créer à partir de la direction de l'école de kinésithérapie un grand service de rééducation fonctionnelle et neurologique où il fut un pionnier réputé et où la neuropsychologie clinique occupera toute sa place. On lui doit en France l'intégration de cette discipline dans le champ de la rééducation fonctionnelle.

Pierre Loiseau (1926-2004), alors qu'il était chef de clinique, fut très marqué, lui aussi, par la personnalité de M. Bergouignan. Parallèlement il s'initiait à l'électroencéphalographie, sous la direction de Jacques Faure, formation qu'il compléta à la Salpêtrière auprès d'Antoine Rémond. Son goût pour l'exercice clinique et sa maîtrise inégalable de l'outil électroencéphalographique le conduisent à s'orienter vers l'épileptologie. Il devint agrégé en 1961. Il s'était préparé à cette charge auprès de ses maîtres bordelais et à Paris auprès de Paul Castaigne qui l'adopta et qu'il considéra comme son maître à penser et son guide, particulièrement après la mort brutale de Michel Bergouignan (1970), à qui il succédera comme professeur titulaire de la chaire de Clinique Neurologique en 1971. Il devint l'un des membres actifs de l'EpiClub, puis de la Ligue française contre l'épilepsie. Il devint un maître, de renommée internationale dans la discipline, avec des travaux électro-cliniques, pharmacologiques, épidémiologiques, reflétés dans son ouvrage « Les Epilepsies » avec P. Jallon, et ses six éditions successives. Il individualisa l'épilepsie à paroxysme rolandiques, le syndrome des crises isolées de l'adolescence ; son rapport sur les frontières du Petit Mal est un classique. Jusqu'en 1980, il a contribué à optimiser l'utilisation de toutes les médications en usage, tout en définissant l'approche syndromique du choix d'un médicament. Puis il fut un pionnier dans l'aventure de ce que l'on a appelé les nouveaux anti-épileptiques, réalisant pour chacun des études pivot. Parallèlement, il mettait en place avec A. Rougier l'un des premiers centres français de chirurgie de l'épilepsie. Les recherches épidémiologiques menées sous son autorité sont des références, en particulier l'étude Carole sur 2000 patients avec 243 neurologues français. Au total, il explorera les champs les plus divers de la Neurologie : l'encéphalite aiguë nécrosante, la maladie de Creutzfeldt-Jakob, l'adréno-leucodystrophie, les polyradiculonévrites à rechutes, les neuropathies de la sarcoïdose, de la maladie de Waldenström, etc. La revue Epilepsies (revue de la Ligue Française et des Ligues Francophones contre l'Epilepsie) lui rendra un vibrant hommage en 2005 (vol. 17, janvier-mars 2005) (fig. 6).

La neuropsychiatrie de l'enfant et la neuropédiatrie allaient se développer sous l'impulsion de Pierre Verger (1908-1990), fils d'Henri Verger. Il avait soutenu sa thèse dans le service de Paul Delmas-Marsalet sur le syndrome de Gélineau ou narcolepsie-cataplexie. Il devient chef de clinique dans le service de René Cruchet tout en continuant de collaborer avec Michel Bergouignan. Agrégé de Pédiatrie en 1948, il devint professeur de clinique des maladies des enfants en 1967 (fig. 7). Lui aussi avait participé à des études expérimentales chez le chien concernant le rôle des corps striés dans l'équilibre et les fonctions des noyaux caudé et lenticulaire sous l'autorité de P. Delmas-Marsalet. Il a publié de nombreux articles sur les microcéphalies, les hydrocéphalies, les formes intermédiaires des amyotrophies neurogènes, les spasmes en flexion et le petit mal. Il a organisé un centre d'action médicale précoce prenant en charge les infirmités motrices cérébrales. La pédo-psychiatrie, après un temps marqué par la prééminence de la psychanalyse, a retrouvé son modèle médical avec des jeunes cliniciens fréquentant les laboratoires de Neurosciences.

Naissance des Neurosciences expérimentales
Les méthodes et techniques d'exploration du système nerveux vont se perfectionner et dans les années 1950, très grossièrement, trois grands modes d'approche vont bénéficier d'avancées significatives : la neuro-anatomie avec de nouvelles techniques de coloration, de marquage moléculaire et la microscopie électronique, la neurophysiologie avec la technologie électronique, les microélectrodes, les approches d'enregistrement-stimulation profondes et les atlas stéréotaxiques, enfin, les approches fonctionnelles qui bénéficieront des retombées de la psychologie expérimentale anglo-saxonne et des sciences du comportement ; ici il faut rappeler l'impact considérable des sciences du comportement dérivées du behaviorisme ou issues de l'éthologie dans le développement des neurosciences ; ce rôle est difficile à imaginer aujourd'hui. Les années 1950-60 sont marquées par la découverte des transmissions chimiques, des monoamines. Une nouvelle technique (Falk-Hillarp) va permettre de visualiser les neurones en raison de leur contenu et de leur sécrétion chimique. Cette révolution, datant de 1963, en provoquera une autre, la découverte des sites d'action des molécules psychotropes introduites en psychiatrie dix années plus tôt (H. Laborit et l'Ecole de Sainte Anne avec J. Delay et P. Deniker). Dans la mesure où les psychotropes agissent par l'intermédiaire des transmissions neurochimiques, apparaissait pour la première fois un modèle médical pour la psychiatrie et un groupe de disciplines rassemblées dans la neuropsychopharmacologie. Rarement hypothèse fut aussi productive dans les sciences du vivant. Enfin, une autre discipline allait naître en ces années 1960-70 : la neuroendocrinologie.

L'ensemble de ces approches et disciplines allaient être très vite représentées à Bordeaux. Deux laboratoires devaient constituer les bases d'un développement des neurosciences expérimentales. Le premier pôle fut constitué par Jacques Faure (1912-1986), professeur à la Faculté de Médecine. Jacques Faure était l'élève de Paul Delmas-Marsalet. Après l'agrégation en 1953, il devint professeur de médecine expérimentale et créa le Service d'Explorations Fonctionnelles du Système Nerveux du CHU. Il aura pour élève Pierre Loiseau. Il avait également créé dans les années 1950, à la Faculté de médecine, un laboratoire de médecine expérimentale. Ce laboratoire sera le premier laboratoire bordelais rattaché à l'Institut National d'Hygiène (précurseur de l'INSERM). Jacques Faure avait été formé à l'Institut neurologique de Montréal où il devint Senior Fellow de l'Université Mac Gill. Ce laboratoire était célèbre mondialement en raison de la présence de deux grands Maîtres, W. Penfield (1891-1976) et H. Jasper (1906-1999). J. Faure s'y perfectionna dans les techniques d'enregistrement électroencéphalographique. Sa thématique de recherche a concerné les liens entre les systèmes neuroendocriniens et les comportements fondamentaux avec un intérêt particulier pour l'équilibre hydro-minéral et surtout pour le comportement sexuel. Dès 1955, il comprend l'importance des effets des hormones (neuro-hormones) sur les ensembles neuronaux centraux. A ce propos, il est un précurseur dans la mise en exergue des acides aminés et plus tard des peptides dans la transmission synaptique. Par ailleurs, cet esprit curieux et original établit des relations fortes entre comportement sexuel et états de vigilance. Au cours d'enregistrements chroniques chez le lapin, il montre qu'après le coït, le lapin présente un état très particulier qu'il appelle : « Comportement Olfacto-Bucco-Ano-Génital, ou OBAG ». Il s'acharnera à trouver un support neurobiologique aux « OBAGs » par une analyse en multiélectrodes et décrira le circuit dit « Rhombencéphalo-mésencéphalo-septo-habenulo-hypothalamo-rhinencéphalique ». Il percevait ainsi la mise en jeu globale du système nerveux dans le/les comportement/s.

Cette conception selon laquelle les conduites complexes dépendaient de circuits intégrant plusieurs régions était novatrice. De plus le corrélat électrophysiologique de l'OBAG était isomorphe à une phase de sommeil paradoxal. Le Professeur Michel Jouvet (Lyon) rendra plus tard hommage à J. Faure pour avoir, en pionnier, décrit « un morceau de sommeil paradoxal ». Jacques Faure avait un élève, également neurophysiologiste, Jean-Didier Vincent qui avait été également l'élève de M. Bergouignan. Dès le début des années 1960, J.D. Vincent développera cette thématique hormones-cerveau et créera la neuroendocrinologie à Bordeaux (Unité INSERM) avec la mise en place des nouvelles techniques d'électrophysiologie et d'enregistrements unitaires. Jean-Didier Vincent quittera Bordeaux par la suite pour mener une brillante carrière à Paris (dont la direction du laboratoire CNRS de Gif-sur-Yvette). Ses élèves poursuivront son œuvre par la création de plusieurs laboratoires.

Le second pôle fut créé au début des années 1960 par Bernard Cardo (1923). Bernard Cardo, philosophe d'origine, puis psychologue, était l'élève de Jean Château, professeur de psychologie à la Faculté des Lettres et qui y avait implanté la psychologie expérimentale avec l'aide du CNRS. Bernard Cardo était devenu chercheur au CNRS et avait réalisé sa thèse d'Etat ès Sciences sous le patronage de A. Soulairac, psychiatre à Sainte Anne et professeur de psychophysiologie à la Faculté des sciences de Paris. Le thème de recherche développé dans la thèse concernait les relations entre vigilance et apprentissage avec des méthodes de conditionnement skinérien améliorées chez le rat, des techniques de lésions localisées des structures réticulaires pontiques et thalamiques et de pharmacologie comportementale. Nommé professeur de psychophysiologie, Bernard Cardo quittait la Faculté des Lettres et s'installait à la Faculté des Sciences en 1964 avec son premier assistant, Michel Le Moal. Tous deux créaient un ensemble de recherche de psychophysiologie associé au CNRS axé sur les relations cerveau-comportement, les bases neurales de l'apprentissage et de la mémoire et les substrats neuronaux des processus de renforcement, le « reward system » découvert quelques années plus tôt. A la fin des années 1970, Michel Le Moal change d'Université et s'installe à l'Université médicale de Bordeaux 2 avec son groupe CNRS puis INSERM.


Les Neurosciences contemporaines (depuis 1970)

Le développement très rapide de ces ensembles, dans les années 1970, fut surprenant, tant au plan scientifique qu'au plan humain. Le niveau international était atteint dès cette époque. Tous les laboratoires avaient des collaborations suivies avec les Etats-Unis et les autres pays d'Europe, ce qui permit le recrutement de nombreux chercheurs français et étrangers. Beaucoup de ces chercheurs dirigent actuellement des groupes ou unités à Bordeaux, en France ou à l'étranger. Des cursus universitaires de neuroscience sont créés et les formations de 3ème cycle (DEA et Doctorat) deviennent communes aux neurosciences bordelaises.
Cette période voit aussi la naissance de nombreuses disciplines cliniques dont la neuroradiologie, la neurochirurgie, la neuropathologie, la neurologie se spécialisant en sous-disciplines (nerf périphérique, céphalées et douleurs, maladies démyélinisantes, les maladies neurodégénératives, etc…). La psychiatrie, devenue autonome, elle aussi se renforcera par des spécialités, la psychiatrie comportementale, les dépressions-anxiétés, les psychoses, la pharmacoépidémiologie, l'épidémiologie psychiatrique, l'addictologie.

Sur le site de l'Université de Bordeaux 2 et sur ces bases très solides, les neurosciences prendront un nouvel essor à la fin des années 1980 et au début des années 1990 en raison d'une politique fédérative marquée par deux évènements, d'une part, la mise en place d'un Institut fédératif de recherches (IFR) en neurosciences cliniques et expérimentales (aujourd'hui SFR), le premier créé dans le domaine du cerveau en France, et d'autre part par la mise en œuvre d'un projet de construction d'un Institut de recherche, l'Institut François Magendie de neurosciences, sur le site et dans le prolongement des unités INSERM existantes (J.D. Vincent, M. Le Moal). Ces deux projets furent portés par Michel Le Moal. L'IFR, conçu en 1993, était destiné à regrouper les potentialités, à intégrer les recherches cliniques (symboliquement mises en tête du titre de l'IFR) et les recherches expérimentales, et à élaborer des problématiques communes sur des thèmes choisis. Les moyens techniques étaient fédérés, des ateliers et plateaux techniques nouveaux étaient créés. Les enseignements et la formation doctorale recevaient une impulsion nouvelle. L'IFR regroupait toutes les actions en neurologie, neurochirurgie, neuroradiologie, psychiatrie et neurosciences, soit (en ces années 1990) 190 chercheurs, cliniciens et techniciens. Les programmes sélectionnés, fondés sur les interactions entre la clinique et la recherche fondamentale furent très correctement dotés dans le cadre d'un Contrat de Plan Etat-Région, à hauteur d'un équivalent de près de quatre millions d'euros. L'IFR est devenu depuis l'Institut des Neurosciences. L'Institut François Magendie, achevé en 1995, concrétisera l'expansion des laboratoires, la reconnaissance de nouvelles équipes et le souhait de collègues français et étrangers de venir s'installer à Bordeaux. Il constituait d'emblée un ensemble d'environ 8000 m2 et était doté de tous les plateaux techniques souhaitables. S'y installaient quatre laboratoires de l'INSERM et deux du CNRS. La qualité de la production scientifique de l'Institut des Neurosciences est élevée: voir les publications...

Comme indiqué plus haut, pratiquement toutes les thématiques de la recherche expérimentale sont actuellement représentées par un groupe ou un laboratoire.
Les neurosciences à Bordeaux aujourd'hui

La structure fédérative associe les Universités de Bordeaux 1 et 2, l’INSERM, le CNRS, l’INRA, le CHU de Bordeaux et le CHS Charles Perrens . Elle a été successivement dirigée par :

Michel Le Moal (1995-1998)
Jean François Dartigues (1998-1999)
Dominique Poulain (1999-2002)
Bernard Bioulac (2002-2009)
Christophe Mulle (2009-2010)
Jean Marc Orgogozo (2011---- 2014)
Christophe Mulle (2015 - 2018)

Le projet Neurocampus  créé par l'Université de Bordeaux et le Conseil Régional d'Aquitaine, a pour vocation de devenir l'un des plus grands centres de recherche européens en neurosciences, qui permettra de relever le défi actuel majeur : venir à bout des maladies neurologiques et neuro-dégénératives. Concrètement, il intègrera tous les  instituts, son nom définitif: Bordeaux Neurocampus

CONCLUSIONS
Aux questions qui introduisaient cet essai historique, il nous semble aisé de répondre positivement. A Bordeaux, dans son Université des sciences médicales et biologiques, et ceci depuis le début du 19e siècle, les sciences du cerveau furent toujours représentées au plus haut niveau : elles étaient une discipline majeure en raison du rayonnement national et international de Maîtres et pionniers qui furent de grands cliniciens et des chercheurs. Ils furent les acteurs de la transmission d'une culture des sciences du cerveau, léguée sans interruption et en héritage depuis le XIXe siècle jusqu'à nos jours. Ces fondateurs avaient une culture globale de la discipline et sans doute relativement exhaustive. Fondamentalement neuropsychiatres, ils étaient sur le front des connaissances de leur époque et de multiples sujets éveillaient leur esprit de recherche, tant en neurologie qu'en psychiatrie dont ils avaient une large vision.
Nous nous trouvons actuellement dans des champs étroits de recherche, que l'on dit plus « pointus » ; les spécialités se subdivisent en sous-spécialités ou compétences technologiques. Très souvent la frontière s'estompe dans notre pratique entre le chercheur et l'ingénieur. Les connaissances sont transformées tous les cinq ans au gré des prouesses techniques. Notre champ de vision et notre culture se sont rétrécis. La communauté neuro-scientifique bordelaise vient d'obtenir la création d'un neuropôle, appelé  Bordeaux-Neurocampus, destiné à accueillir d'autres équipes et à apporter les facilités les plus modernes pour les doctorants, post-doctorants et étrangers en séjour sabbatiques, et surtout à permettre plus de collaborations entre les équipes sur des thèmes fédératifs. Il faut y voir un hommage à la pratique de tous ces maîtres fondateurs.

 

Le Dossier du LabEx / Daniel Choquet BRAIN presentation Mai- Juin 2014



Schéma ci dessus, réalisation: Michel Le Moal 

*(1) Membre de l'Académie des Sciences, professeur à l'Université de Bordeaux, Centre de recherche Inserm U 862, Institut François Magendie, 146 rue Léo Saignat, 33077 Bordeaux cedex
(2) Professeurs à l'Université de Bordeaux, 33076 Bordeaux cedex.
(3) Membre de l'Académie des Sciences, professeur à la faculté de médecine de l'Université Paris XI