Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

HDR de Karine Massé

La voie de signalisation purinergique et ses fonctions au cours de l’embryogénèse

Le 24 novembre 2015

Karine Massé  (IMN UMR 5293 Molecular regulations of synaptic receptors,  Team Eric Boué-Grabot) soutiendra son HDR le 24 novembre 2015 à 15h00, à la bibliothèque de l'INCIA (bat 1A, 2ème étage) en zone nord. Cette soutenance sera suivie d’un pot au 3em étage bâtiment 1B. 


 J’ai débuté ma carrière scientifique à l’Université Victor Ségalen Bordeaux2. Après un stage de recherche de DEA effectué dans l’équipe de Benoit Arveiler (1995-1996), j’ai effectué mon doctorat (1996-1999) sous la direction de Jean-Yves Daniel au sein du laboratoire « de la Biologie de la Différenciation et du Développement ». Mon travail de thèse s’est porté sur l’étude de la famille murine de gènes nm23 qui codent pour les enzymes Nucléoside DiPhosphate Kinase (NDPK).

J’ai ensuite réalisé trois stages postdoctoraux à l’université de Warwick (Angleterre) dans les laboratoires d’Elizabeth Jones et de Nicholas Dale. Au sein du laboratoire d’Elizabeth Jones, j’ai étudié les mécanismes moléculaires régulant la formation du rein en utilisant comme modèle d’étude l’amphibien xénope tout en perfectionnant mes connaissances de biologiste de développement.
Puis, au cours d’une collaboration entre Elizabeth Jones et Nicholas Dale, j’ai analysé les fonctions de la voie de signalisation purinergique au cours de l’embryogénèse, et démontré que l’ADP, via l’activation du récepteur métabotropique p2y1, déclenchait la formation de l’œil en activant notamment l’expression du gène pax6. En septembre 2008, j’ai été recrutée comme maitre de conférences à l’université de Bordeaux et j’ai intégré l’UMR-CNRS 5164 CIRID dirigée par le Jean-François Moreau.

Au cours de ces 7 dernières années, j’ai développé au sein de mon équipe d’accueil de Pierre Thiébaud une nouvelle thématique de recherche visant à explorer les rôles de la voie de signalisation purinergique lors de la différenciation mésodermique. En septembre 2015, j ‘ai rejoint le groupe « Purinergic Signaling in the CNS » d’Eric Boué-Grabot à l’IMN afin de poursuivre l’étude de cette voie de signalisation lors de l’embryogénèse et plus particulièrement lors du neurodéveloppement.

En effet, malgré l’importance physiologique et pathophysiologique de cette voie de signalisation, et notamment de l’ATP et adénosine, dans le système nerveux adulte, les fonctions de cette voie de signalisation au cours de la mise en place du système nerveux restent très mal comprises. Le projet que je souhaite développer au sein de l’IMN est d’établir, in vivo, les fonctions de ces purines extracellulaires au cours du neurodéveloppement chez le modèle Xenopus laevis. En effet, l’embryon de xénope présente plusieurs avantages qui en font un excellent modèle pour étudier in vivo les phases précoces de la neurogenèse.

Dans ces études, une attention particulière sera portée aux fonctions de l’ATP et à ses récepteurs purinergiques P2. Ces travaux mettent en œuvre des approches in vivo fonctionnelles par perte et gain de fonctions afin d’établir les effets de la mis-expression des récepteurs P2 ainsi que des enzymes régulant la disponibilité extracellulaire des purines sur la neurulation. Des approches pharmacologiques et electrophysiologiques sont envisagées pour compléter ces études fonctionnelles.

 

Jury

Pr. Marc Landry
Président
Dr. Laurent Kodjabachian,
Rapporteur
Dr. S. Roger,
Rapporteur
Dr. Bertrand Daignan-Fornier,
Rapporteur
Pr. Nicholas Dale,
Examinateur