Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

Thèse Elodie Richard

"Rôle de la CBG dans la variabilité de l’axe corticotrope et le développement de l’obésité"

Le 17 novembre 2006

La CBG (Corticosteroid Binding Globulin) est le transporteur plasmatique des glucocorticoïdes (cortisol et corticostérone). Sécrétée dans le sang, elle va former un complexe avec les glucocorticoïdes régulant ainsi la bio-disponibilité de ces hormones. En effet, seule la forme libre de l’hormone est active. Une analyse QTL sur une population porcine F2 a mis en évidence une association positive entre la CBG, la cortisolémie et l’adiposité. Afin de conforter les données acquises, nous avons voulu construire un modèle de surexpression de la CBG chez le rongeur de laboratoire. Chez le Rat, nous avons opté pour deux stratégies : la transgénèse classique et l’injection intra-musculaire de particules virales (AAV) contenant l’ADNc de la CBG. Paradoxalement, une déficience partielle ou totale de CBG est également associée au phénotype d’obésité. Les glucocorticoïdes libres sont alors présents en plus grande quantité, capables d’agir sur le tissu adipeux. Nous avons donc souhaité construire deux modèles d’abolition d’expression de la CBG : un modèle d’abolition totale et un autre spécifique du tissu adipeux. Chez le modèle d’invalidation totale, nos données suggèrent que l’absence de CBG entraîne une variation de la sécrétion de glucocorticoïdes. L’analyse détaillée de ce modèle ainsi que l’obtention d’un modèle d’ablation spécifique du tissu adipeux offrent des perspectives nouvelles d’investigation de l’axe corticotrope et du rôle de la CBG. Une étude d’association entre un polymorphisme de la CBG et l’obésité chez l’Homme a également permis d’apporter de nouveaux éléments quant à l’association de la CBG avec le phénotype d’obésité. Enfin, lors de ces travaux, deux isoformes de la CBG ont été découvertes et ont été analysées in vitro. 

focus


Elodie Richard a préparé sa thèse sous la direction du professeure Marie Pierre Moisan Laboratoire Neurogénétique et Stress UMR INRA 1243 dirigé par Pierre Mormède. Institut des Neurosciences de Bordeaux, Université Bordeaux 2 

Jury

Rapporteur : Daniel Metzger, DR INSERM Strasbourg
Rapporteur : Nicole Picard-Hagen, MC ENVT Toulouse
Examinateur : Pierre Mormède, DR INRA Bordeaux
Directrice de thèse : Marie-Pierre Moisan, DR INRA Bordeaux (Laboratoire Neurogénétique et stress UMR INRA 1243 – Bordeaux 2)